Abomey-Calavi
Dossiers de la semaine

APPUI À LA FILIERE MARAICHAGE AU BENIN: Les projets SAFEVEG, FRESH et BMZ-CGT renforcent les capacités des semenciers 

La majorité des semences et plants utilisés dans le monde sont produits par les paysans eux-mêmes. Ces semences multipliées par les paysans proviennent essentiellement de plusieurs sources. Ainsi la première session de formation du staff des entreprises semencières de la filière maraîchage s’est déroulée du mardi 31 mai 2022 au jeudi 2 juin 2020 dans l’enceinte de l’Institut International d’Agriculture Tropicale IITA-Bénin. 

Photo de famille

Ruth EDOH

Les semenciers de la filière maraîchage occupant les pôles de développement agricole 1,5 et 7 du Bénin étaient en séance de renforcement des capacités. Trois jours de formation ont été organisés par World Vegetables Center à travers ces projets Fresh, safeveg avec BMZ-CGT pour renforcer les capacités des semenciers sur la production mais également sur le commerce des semences. Ce programme de renforcement des capacités s’est tenu sur plusieurs axes. Cette première session a couvert les aspects techniques, la production, la gestion post-récolte et également la gestion des ravageurs afin de protéger les légumes et concourir à la sécurité alimentaire des aliments. Pour N’danikou SOGNIGBE coordonnateur du projet BMZ-CGT, quand on parle de légumes, il y a un groupe particulier pour lequel l’accès à la semence de qualité pose problème pour beaucoup de producteurs. Il notifie que « C’est sur ce groupe de légumes sur le projet choose, grow thrive choisir de planter et de prospérer ». Il s’agit des légumes traditionnels qui sont en voie de disparition parce qu’ils ont des systèmes semenciers très faibles. Le sous-secteur semenciers maraîchers béninois est jeune et a besoin d’être bâti. En effet, Denis SOGNIZOU, représentant DPV/ worldveg reste convaincu que les objectifs de la formation seront atteints à la fin des trois jours de formation. « La disponibilité des semences est l’un des rouleaux d’étranglement au niveau de la production des cultures maraîchères au Bénin. Quand les producteurs ont des Plantules, il a plus à s’inquiéter du taux de germination et gagne en temps », dit-il dans ses propos. Edmond TOTIN, représentant WorldVeg manifeste sa gratitude en vue de l’organisation de cette activité. Dans son allocution, il notifie que « ce ne sera pas une activité où on va donner des leçons mais c’est quelque chose qu’on va construire ensemble en visant pour but, comment améliorer la production, comment avoir des semences de qualité, comment on rend la disponibilité des semences plus efficace, plus accessible à tous les producteurs sur l’étendue ».

Au premier jour, les questions liées aux systèmes semenciers ont été abordées ou Lys AGLINGLO assistant de recherche a World Vegetable Center à expliquer aux semenciers l’environnement dans lequel ils investissent afin de les outiller à maîtriser tous les rouages qui peuvent leur permettre de prospérer. La seconde journée a été consacrée aux itinéraires techniques adaptés aux productions de semences dans le contexte du Bénin suivi d’une visite de site de multiplication et des facilités des semences. Pour finir le troisième jour s’est accentué sur les questions liées aux ravageurs et les différentes mesures de précaution à prendre pour assurer la qualité de la semaine.  

Axé sur des modules de formation pertinent dont on peut citer la règlementation de la production, de l’exportation/importation et de la commercialisation des semences maraichères au Benin, de la reconnaissance des nuisibles des cultures maraichères avec des formateurs compétents à la tâche, les producteurs pourront dans les jours à venir sur les semenciers afin d’accroître leur productivité et aussi de rénover le secteur agricole au Bénin. Pour ces trois jours, ils se disent satisfaits des notions acquises. Trois jours passés au côté de ces semenciers c’est d’une grande importance pour Judith HONFOGA, assistante de recherche à world vegetable center ; elle encourage les semenciers et les invite à mettre en pratique les formations reçues. « Dans la vie il faut chercher à évoluer donc je les félicite pour l’engagement qu’ils ont pris pour prospérer dans le secteur semencier dans un pays en développement où le matériel d’équipements s’acquiert à grand coup ». 

Au terme de cette formation, les professionnels semenciers sont en mesure d’améliorer leurs pratiques en matière de production et de commercialisation des semences au Bénin et dans la sous-région. Théorique comme pratique, les producteurs ont visité les installations de conservation de semences. Cette formation a été d’une grande importance en témoignent quelques-uns : « On nous a appris comment les produire, comment les planter, quels produits utilisés pour les traiter et comment les entretenir afin d’obtenir une production de qualité » laisse entendre Lekia KOTEDJI, semencière venue de Malanville. C’est une formation très essentielle pour la production de semence, c’est du moins ce que confie Edmond DEGUENON un des participants à cette formation. « Je remercie à World vegetable center et tout son staff pour l’opportunité qu’ils nous ont donné » ajoute-t-il. 

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image