Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

ATELIER DE RÉFLEXION ET DE PROMOTION SUR LE COTON BIOLOGIQUE AU BÉNIN : l’OBEPAB vulgarise les acquis de la production

 ATELIER DE RÉFLEXION ET DE PROMOTION SUR LE COTON BIOLOGIQUE AU BÉNIN : l’OBEPAB vulgarise les acquis de la production

Ce jeudi 22 février 2024 à Dassa, il s’est tenu un atelier de réflexion et de promotion sur le coton biologique. Organisé par l’Organisation Béninoise pour la Promotion de l’Agriculture Biologique (OBEPAB), cet atelier a été une réelle occasion pour mettre en lumière le coton biologique béninois à travers différentes communications et discussions.

Jean-Baptiste HONTONNOU

Partager avec les acteurs, les différentes réalisations dans la production du coton biologique au Bénin et dans la sous-région en termes d’acteurs, de nombre de normes de production biologique, producteurs, superficies emblavées, productions, certification, contraintes, défis et perspectives ; échanger sur la demande et l’offre du coton biologique au Bénin et dans le monde ; faire une exposition des fertilisants et produits phytosanitaires mis au point et utilisés dans la production du coton biologique. Ainsi se présentent les grands axes sur lesquels s’est basée cette rencontre entre acteurs du coton biologique et ceux du coton conventionnel au Bénin.

En effet, les participants à cet atelier ont été largement entretenus sur la production du coton biologique au Bénin et dans la sous-région au cours de ces cinq dernières années. Assez d’informations ont été présentées par l’OBEPAB à travers une communication grand public et qui a permis d’éclairer les esprits sur diverses préoccupations. Les défis et perspectives de la production du coton biologique au Bénin sont en outre un sujet crucial qui a fait le menu du jour et qui a été au centre d’un échange bien nourri et surtout interactif.

De ces échanges, il est à retenir selon Degba Alexis, Agent technique du développement rural à la retraite, qu’« il est très urgent de faire la promotion de l’agriculture biologique pour notre propre santé ». Ce qui justifie, bien évidemment, le bien-fondé de cette rencontre. Par rapport aux différentes habitudes culturales de nos jours, ce dernier pense que « si nous ne changeons pas de comportement, nous aurons la terre, mais elle ne servira à rien ». Alors, l’on se doit de poser à chaque fois une question qui mériterait l’attention de tous : « quelle terre voulons-nous laisser à nos enfants ? »

Au regard donc de l’effort que fournit l’OBEPAB pour révéler au grand jour l’importance de la culture du coton biologique, Aloyi Patrice, Chef division suivi des actions du développement agricole à la DDAEP Collines ne pense que les féliciter. « Nous ne pouvons que les encourager à continuer avec la production du coton bio, car c’est une production qui n’a pas de conséquences tant sur la santé de la terre que sur celle des consommateurs », a-t-il martelé.

Par ailleurs, pour Simplice Vodouhè Davo, Coordonnateur de l’OBEPAB, il n’est pas exigé que tout le monde soit converti à l’agriculture biologique, mais il y a des pratiques que les gens peuvent adopter pour améliorer la production conventionnelle. « Nous sommes conscients que tout le monde n’est pas informé et des gens ont des appréhensions sans connaître de quoi il est question. C’est pour cela qu’il vaut mieux partager ces informations avec eux afin de recueillir ce qu’ils pensent », a-t-il complété.

Cet atelier qui a connu la présence de plusieurs fournisseurs d’intrants, de

producteurs de coton biologique, des représentants de l’UPC Bio, OBEPAB, FAEB, MAEP, Usine d’égrenage, INRAB et autres, a pris fin sur une note de satisfaction. « Nous avons été agréablement surpris de l’engagement des uns et des autres par rapport à ce que nous avons dit. Ils avaient leurs problèmes qui concernent l’agriculture biologique qu’ils ont partagé avec nous et nous sommes fiers d’apporter quelques solutions à ces différentes préoccupations », a laissé entendre le coordonnateur.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *