Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

CONSOMMATION DU SANG D’ANIMAL : Le « houngo », un aliment bien prisé mais détesté par ailleurs

 CONSOMMATION DU SANG D’ANIMAL : Le « houngo », un aliment bien prisé mais détesté par ailleurs

Préparé sous forme de fromage, le sang d’animal localement appelé « houngo » en fon est un aliment très répandu dans plusieurs villes du Sud Bénin. Si certains pensent que sa consommation est bénéfique pour eux, d’autres préfèrent ne pas en prendre pour plusieurs raisons

Le houngo rouge et blanc

Jean-Baptiste HONTONNOU

Il est préparé à base du sang des animaux. Très fréquemment, avec celui du bœuf ou du porc. Partant du recueillement du liquide rouge chez les bouchers ou chez les charcutiers en passant par sa préparation qui demande beaucoup d’efforts, le « houngo » atterrit au marché avec sa couleur rouge d’un côté ou approximativement blanc d’un autre. Cela voudra dire qu’il existe deux types de cet aliment.

En effet, sur sa consommation, les avis divergent. Si certains aiment bien la consommer de par sa saveur et son goût, d’autres y sont allergiques pour plusieurs raisons. Religieusement, la consommation du sang est interdite pour certaines personnes. Également, dans certaines cultures ou familles, il est prohibé d’en prendre. Au-delà de cette interdiction collective, l’on en retrouve d’autres personnes qui n’en consomment pas de leur gré. « Je n’aime pas consommer le houngo parce que la première et la dernière fois que je l’ai pris, ça m’a créé quelques dommages sanitaires », nous fait comprendre Evariste Adjakpe, menuisier à Bohicon. Contrairement à lui, Ulrich Koukpesso ne passe pas une semaine sans goûter à sa « viande préférée ». Pour lui, « c’est depuis qu’il était petit que sa maman lui ramenait ça de la ville et une fois grandi, il est difficile de s’en passer ». Et ce, « à cause de sa saveur et de son goût ».

Alors, choisir de ne pas manger cet aliment assez apprécié, c’est peut-être préférer tirer un trait sur de nombreux avantages dont l’on pourrait bénéficier. C’est ce que nous faire comprendre la nutritionniste épidémiologiste Loristia Kpadonou, quand elle parle des valeurs nutritives que le sang d’animal détient. Selon elle, « le sang véhicule les nutriments tels que les glucides, les lipides, les protéines et aussi certaines vitamines ».  Ainsi, la consommation de « houngo » est très utile à la santé humaine, car il joue un rôle très important dans l’organisme humain.

Sur le plan économique, sa commercialisation serait également une aubaine non seulement pour les vendeurs mais également pour les consommateurs. Si cet aliment ne coûte pas du tout cher, sa vente permet quand-même de subvenir aux petits besoins des ménages, synonyme d’une contribution plus ou moins importante au développement socio-économique du pays.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *