LE RURAL Blog Agrobusiness CREDIT ACHAT INTRANTS GROUPES:Une innovation adoptée par les producteurs de soja du Bénin
Widget Météo pour site Web par Weatherwidget.org
Agrobusiness

CREDIT ACHAT INTRANTS GROUPES:Une innovation adoptée par les producteurs de soja du Bénin

La filière soja au Bénin est devenue prioritaire grâce au dynamisme des petits producteurs à la base. Une telle avancée parce que les organisations dirigeantes de cette filière ont mis sur pied, plusieurs innovations pouvant permettre aux producteurs de bénéficier de leurs efforts. Parmi ces innovations figure le CAIG, mis en œuvre et adopté par plusieurs producteurs du Bénin.

Culture de soja

Ruth EDOH

Crédit Achat Intrants Groupés (CAIG) est l’une des multiples innovations techniques agricoles qui facilitent l’accès au crédit aux petits producteurs de soja. Suite aux nombreux constats effectués sur le terrain, cette innovation développée par l’Union nationale des producteurs de soja (UNPS), aide les producteurs de soja à entrer en possession du crédit.  La mise en œuvre de cette initiative émane du fait que certains producteurs sont confrontés au problème de manque d’intrants, de semence et d’inoculum. D’autres par contre, dépensent autrement ces crédits octroyés à d’autres fins.

Alors, pour pallier ces problèmes, le CAIG a été créé et adopté par les producteurs à la base. Pour le Chargé de programme de l’union nationale des producteurs de soja du Bénin, le CAIG vient régler tous ces petits problèmes afin de permettre au producteur qui demande un crédit de l’obtenir en kit d’intrants.

Que contient ce kit?

Sur une estimation des bonnes pratiques agricoles, il est établi un certain nombre de produits qui entre dans la production du soja (du labour jusqu’à la récolte) et qui est octroyé au producteur en lieu et place de l’argent en espèce. A cet effet, il est recommandé sur un hectare, un certain nombre de produits converti en crédit. « Lorsque le producteur fait la demande du crédit qui est étudié et validé, il vient pour prendre le kit de production et non de l’argent », notifie Steev ADJAMAN, producteur de soja à Tchetti dans la commune de Savalou.

Avec la participation de la CLCAM-Benin, sur une demande de crédit d’un hectare de production de soja, les producteurs ont besoin de 40KG de semence, de 3 sachets d’inoculum, d’un sac d’engrais NPK, d’un sac d’engrais KDSO4, et de deux litres d’herbicides estimés à une valeur de 74 500 FCFA. A entendre Jonas, producteur de soja à Agbangnizoun, « la semence de soja, il y a 3 ans, est vendue entre 300, 400 et 500 FCFA. Cette année, elle a connu une grande augmentation et nous l’avons acheté à 800FCFA. Un prix à la hausse, qui ne profite pas aux producteurs.

Pour parfaire sa production, le CAIG vient également répondre à la question de labour. A ce niveau, il est remis au producteur une somme de 50 000 FCFA en espèces dont 30000FCFA pour le labour et 20000FCFA pour les opérations de semis sur un espace de production d’un hectare.  « Le kit des produits pour le producteur au cours de cette année revient à 129 500 FCFA pour le crédit à l’hectare », a ajouté Jonas. Une somme de 5000FCFA est cependant payée par les producteurs pour bénéficier d’un encadrement sur le respect des itinéraires technico-économiques afin d’obtenir un bon rendement à la fin de la production.

Malgré toutes ces innovations, les producteurs de soja restent confrontés aux difficultés d’accès aux équipements et matériels agricoles et à l’assurance agricole. Vivement que d’ici le 1er avril 2024, la production du soja augmente afin de laisser place à la transformation au niveau nationale.

Quitter la version mobile