Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

ENTRETIEN AVEC Dr CHRISTIAN DOVONOU SUR LA TEIGNE

 ENTRETIEN AVEC Dr CHRISTIAN DOVONOU SUR LA TEIGNE

« La teigne est une zoonose d’incidence économique très importante … » dixit-il

Bien qu’elle ne soit pas une zoonose majeure, la teigne demeure une maladie qui sévit dans l’élevage et constitue une source de grandes pertes. Avec Docteur Dovonou Enonkpon Christian, actuel Président de l’Ordre National des Médecins Vétérinaires du Bénin, votre journal vous plonge dans l’univers de cette maladie.

Dr Christian E. Dovonou, Président ONMV BENIN
  • Qu’est-ce que la teigne et quelles sont les causes de cette maladie ?

La teigne est une mycose cutanée qui atteint une large gamme d’animaux domestiques et sauvages (bovins, ovins, caprins, chien, chat, primates, etc.). Plusieurs espèces de champignons microscopiques peuvent être responsables de la teigne des équidés. Il s’agit des champignons appartenant aux genres Microsporum ou Trychophyton. Ces champignons forment des filaments de 2 à 4 mm de diamètre, ramifiés, qui colonisent la peau et les follicules pileux. Ils produisent ensuite des spores (forme de résistance du champignon) de quelques micromètres de diamètre, qui sont responsables de la contagion. Du fait de la production des spores, ces champignons sont extrêmement résistants dans l’environnement, pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, ce qui explique la transmission des cas de teigne sur des générations dans un élevage. Les animaux jeunes et affaiblis sont particulièrement sensibles à la maladie.  

La teigne est une pathologie très contagieuse. La transmission du champignon se fait essentiellement par contact direct, d’un animal sain avec un animal contaminé. Elle peut également se faire de façon indirecte, quand un animal sain est en contact avec un environnement contaminé (auge, mangeoire, murs et clôtures, matériel de pansage…). Elle se transmet entre les différentes catégories d’animaux d’une même exploitation agricole (les animaux les plus âgés contaminant souvent les plus jeunes…) et en cas d’introduction de nouveaux animaux infestés dans l’élevage.

  • Quels sont les signes et symptômes courants de la teigne chez les animaux ?

La teigne est l’une des maladies les plus facilement reconnaissables grâce au symptôme pathognomonique (signe spécifique à une maladie). Après une période d’incubation de 1 à 6 semaines, la teigne débute par de petites élévations des poils sur 2 à 6 cm de diamètre, qui évoluent en dépilations rondes en forme de pièce de monnaie, au début limitées à certaines zones, mais qui peuvent s’étendre à tout le corps. Lorsque les lésions sont nombreuses, elles deviennent coalescentes, ce qui peut former de larges plages dépilées. La peau reste sèche mais peut être recouverte de fines squames, ou légèrement enflammée. Les formes croûteuses ou suppurées sont rares. Il peut, cependant, se produire des surinfections bactériennes responsables de suppuration. La teigne est caractérisée par l’absence de prurit (démangeaison). Sans traitement, la plupart des cas finissent par guérir, mais après plusieurs semaines voire mois, et la contamination de tout l’effectif est fréquente. Il est donc recommandé de traiter dès l’apparition des premiers symptômes, afin de limiter la propagation de la maladie.

  • Comment diagnostiquez-vous la teigne chez les animaux ?

Comme toutes les pathologies, le diagnostic repose sur l’observation de signes cliniques et/ou des analyses au laboratoire. Comme énoncé plus haut, les symptômes de la maladie sont très caractéristiques. Il convient donc de faire un diagnostic différentiel avec d’autres affections cutanées qui présentent des similitudes. A ce niveau, il est important de ne pas confondre la maladie avec entre autres : la présence des poux qui se traduit par des poils « piqués », dépilations larges, avec démangeaisons ; dermatophilose (improprement appelée « gale de boue ») et la gale caractérisée par des croûtes suintantes et une forte démangeaison.

Ce diagnostic clinique peut être complété par un diagnostic de laboratoire (pas souvent nécessaire dans le cas de la teigne) pour plus de certitude. Pour un diagnostic de certitude, la recherche des champignons peut s’effectuer à partir d’un prélèvement de poils par épilation en périphérie des lésions. Le laboratoire effectuera alors une observation microscopique, et si nécessaire une culture.

  • Quels sont les risques pour la santé des humains en cas d’infection de teigne chez les animaux ?

La teigne est une zoonose. Il s’agit donc d’une maladie qui se transmet de l’animal à l’homme et vice versa. Chez l’homme, la teigne se manifeste par des lésions caractéristiques, inflammatoires et souvent suppuratives au niveau des mains, des bras, du visage et de la chevelure. Les personnes les plus fréquemment atteintes sont les enfants, les éleveurs, les professionnels de l’élevage (inséminateurs, vétérinaires, marchands de bestiaux, personnel d’abattoir…)

  • Quelles sont les méthodes de traitement recommandées pour la teigne chez les animaux ?

Il existe deux types de traitement pour la teigne. Celui local et celui par voie générale. Le traitement local se fait par l’imprégnation à l’éponge ou pulvérisation d’une solution antimycosique, prescrite par votre vétérinaire. Traiter tout le corps, même si les lésions sont localisées. Il est fortement recommandé de traiter tout le troupeau dès l’apparition du premier cas. Il faut également imprégner le matériel d’élevage, le matériel de pansage et autres objets d’hygiène. Le plus efficace est de les laisser tremper quelques heures dans la solution antifongique.

Concernant le traitement par voie générale, il peut s’agir d’une administration par voie orale de produit à base de griséofulvine dans l’alimentation ou dans l’eau de boisson. Des produits injectables existent également. Dans tous les cas, il est nécessaire de faire recours au vétérinaire, car en cas de sous-dosage, les rechutes sont fréquentes.

  • Y a-t-il des mesures spécifiques à prendre pour prévenir la propagation de la teigne dans un environnement où des animaux sont infectés ?

Pour limiter la propagation de la maladie, il faut un respect strict des mesures de biosécurité dans l’élevage. Ceci passe par l’isolement des animaux atteints pendant la durée du traitement. Il est préférable de traiter tous les animaux en contact les uns avec les autres, même ceux qui ne présentent pas de symptômes. Il est recommandé de porter des gants pour le traitement. Tout le matériel d’élevage ainsi que l’environnement de l’élevage doivent être désinfectés. Après le traitement, le personnel doit assurer de bien se désinfecter.

Pour éviter l’introduction de la maladie dans un élevage indemne, il faut mettre en quarantaine (isolement pendant au moins 15 jours) tous les animaux entrant dans l’exploitation.

  • Quelle est la durée typique du traitement et à quelle fréquence les animaux doivent-ils être suivis pendant la période de traitement ?

Le traitement de toute maladie repose sur le principe suivant : « agir vite, taper fort et agir pendant longtemps ». La durée du traitement va donc dépendre du respect de ce principe. Pour cela il est important de suivre scrupuleusement les prescriptions de votre vétérinaire. Quatre traitements à intervalles de 3 à 4 jours sont nécessaires. Si la maladie est vite diagnostiquée et que les bonnes pratiques thérapeutiques sont respectées, la durée de guérison est de 2 à 3 semaines. Cette guérison se traduit par la repousse des poils sur les zones dépilées du fait de la teigne.

  • Quelles sont les précautions à prendre lors de la manipulation d’un animal atteint de teigne ?

Il faut utiliser un matériel de pansage individualisé pour chaque animal. Le vétérinaire en charge du traitement doit porter des gants pour limiter la contamination de toute l’exploitation ou le transfert des spores sur ces doigts vers d’autres élevages. Après le traitement, il doit intensément se désinfecter les mains et tout autre équipement utilisé.

  • Y a-t-il des recommandations particulières concernant le nettoyage et la désinfection de l’environnement d’un animal infecté ?

La teigne est une maladie du confinement, de l’humidité et d’insalubrité. Plusieurs facteurs conditionnent l’apparition des signes cliniques et tous les animaux mis en contact avec Trichophyton ne vont pas développer la maladie. Les lésions apparaissent en présence de facteurs favorisants : jeune âge (les animaux de moins d’un an sont les plus concernés), déficience immunitaire, environnement inadéquat (confinement, mauvaise ventilation, humidité importante, mauvaise hygiène…), carence alimentaire, autre maladie concomitante. Ainsi, les recommandations reposent sur l’hygiène au quotidien et la désinfection de tout l’élevage dès l’apparition du premier cas.

  • Existe-t-il des vaccins disponibles pour prévenir la teigne chez les animaux ?

Il existe des vaccins contre la teigne. Mais au regard de la facilité de traitement de la maladie et du coût relativement élevé des vaccins, il n’y a pas de vaccins disponibles sur le marché béninois. Les vaccins sont souvent recommandés pour les animaux de grande valeur économique (chevaux de sport, géniteurs performants, etc.).

  • Un dernier mot

Bien que n’étant pas une zoonose majeure, la teigne est une maladie d’incidence économique très importante. La teigne peut être responsable de retards de croissance chez les animaux d’élevage, de baisses de la production laitière et de dégradation de la qualité des cuirs due aux cicatrices lors de leur valorisation dans l’industrie de la tannerie. Elle peut également affecter les échanges commerciaux (notamment lors de vente à l’exportation). Chez l’humain, surtout l’enfant, la maladie peut également être à l’origine de retard de croissance. Le principal conseil à donner à tous les éleveurs ou propriétaires d’animaux de compagnie est l’adoption des bonnes pratiques hygiéniques. Ceci prévient l’apparition de la teigne. Vu sa résistance dans le milieu extérieur, il vaut mieux éviter l’introduction de la teigne, sinon des efforts colossaux sont nécessaires pour s’en débarrasser.

Propos recueillis par Jean-Baptiste HONTONNOU

33 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *