Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

ESSOR DE L’INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE AU BÉNIN : Nicolas Ahouissoussi, à la tête d’une délégation du FNDA, admiratif des prouesses de la GDIZ

 ESSOR DE L’INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE AU BÉNIN : Nicolas Ahouissoussi, à la tête d’une délégation du FNDA, admiratif des prouesses de la GDIZ

Le Fond National de Développement Agricole (FNDA) et ses collaborateurs ont effectué une visite ce vendredi 22 mars 2024 sur le site de la zone industrielle de Glo-Djigbé.Cette visite constitue une occasion de découvrir ce joyau de l’industrialisation du Bénin.

Vanessa ZANNOU

Pendant 3h, le Fond National de Développement Agricole (FNDA) a parcouru presque toute la Zone Industrielle de Glo-Djigbé, située à seulement 45 km de la capitale économique, Cotonou. Et ce, avec son personnel et certains de ses partenaires tels que, la Plateforme Nationale des Organisations Paysannes et des Producteurs Agricoles du Bénin (PNOPPA), la Chambre Nationale de l’Agriculture et les institutions de microfinance.

En effet, le gouvernement béninois a semé les graines d’un Bénin industrialisé en privilégiant la transformation locale des matières premières brutes exportées. La maquette représentant plus de 1000 hectares destinés au projet a été dévoilée aux visiteurs leur offrant un aperçu concret des ambitions industrielles du pays. De la maquette au terrain, ils ont découvert les différentes infrastructures et activités de la zone, soulignant ainsi son rôle crucial dans l’économie locale.

Les travaux sur le site vont bon train. Entre autres, cinq (05) unités de transformation de matériaux opérationnels, cinq (05) unités de transformation d’anacarde qui sont pratiquement achevés et qui transforment à peu près 15 à 20 000 tonnes de noix brutes de cajou par an et qui emploie à peu près 700 personnes. Il y a également les unités de confession de vêtements qui sont opérationnels et qui produisent à peu près 4 millions de pièces de vêtements par an et qui emploie 1000 personnes. Une autre (01) unité d’emballage en carton comme emballage est aussi opérationnel dans la zone.  Elle est la première unité intégrée de textile dans la filature d’utilisateurs et pourrait transformer 20.000 tonnes de fibres de coton pour la production de draps, des serviettes et autres. Les 03 unités intégrées de textile vont transformer ensemble 40.000 tonnes de fibres de coton, soit 12,7% de la production de fil de coton au Bénin. Il est donc constaté que la qualité du travail qui se fait au sein de la zone ainsi que l’impact sur la population en générale et sur la jeunesse en particulier (10.000 emplois déjà créés) sont vraiment significatifs. Le soja, le coton, le cajou etc. font partie des produits agricoles transformés dans les unités intégrées de la Zone Industrielle de Glo-Djigbé (GDIZ) et ce, tout en stimulant les acteurs de ces filières à mettre les petits plats dans les grands pour les défis futurs.

Photo de famille

De façon particulière, les visités ont parcouru quatre compartiments de la Zone industrielle. Il s’agit du Centre de formation et de production textile ; le parc textile composé de l’unité de filature et de l’unité de fabrication des serviettes à partir du coton béninois et l’unité de transformation des noix de cajou. Les visiteurs ont souligné l’importance de cette Zone Industrielle dans la création d’emplois et la diversification de l’économie béninoise. Aussi, ont-ils exprimé leur intérêt pour cette zone industrielle qui offre des avantages attractifs tels que des infrastructures modernes, des facilités logistiques et une main-d’œuvre qualifiée. Ils n’ont pas oublié de mettre un accent particulier sur l’importance de soutenir cette initiative afin d’attirer davantage d’investissements et de favoriser la création de nouvelles entreprises. A noter que cette zone dynamique accueille déjà de nombreuses entreprises nationales et internationales qui contribuent ainsi à la prospérité du pays.

Les responsables du FNDA et les partenaires ont confié avoir sidérés par cette noble réalisation qui est du ressort du gouvernement de la rupture. En encourageant la transformation des matières premières agricoles sur place, le Bénin peut non seulement créer de la valeur ajoutée, mais également réduire sa dépendance aux importations et accroître son autonomie alimentaire. La visite de la Zone Industrielle de Glo-Djigbé par le FNDA a ainsi permis de mettre en lumière les avancées significatives réalisées par le Bénin dans le domaine de l’industrialisation. Il faut également dire que cette visite va jouer un rôle clé dans la promotion de cette zone auprès des investisseurs et de la population. La Zone Industrielle de Glo-Djigbé est sans nul doute un pilier du développement économique et de la modernisation du Bénin. Il faut rappeler que cette visite s’inscrit dans le but d’aller constater, ou du moins, d’aller toucher du doigt, ce que deviennent les productions agricoles auxquelles le FNDA contribue à travers la facilitation du financement des producteurs par le biais des banques et des Services Financiers Décentralisés (SFD). Une visite qui s’est d’ailleurs soldée par une note de satisfaction.

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *