Abomey-Calavi
Agriculture

FILIÈRE CACAO AU BÉNIN: Une production à l’étape embryonnaire et très peu soutenue

Le cacao est réputé pour son utilisation dans la fabrication du chocolat et des produits cosmétiques. Il est constitué des graines (fèves de cacao) et des cabosses de cacao, qui sont exploitées pour l’obtention de plusieurs produits industriels dérivés .Mais au Bénin, force est de constater que malgré ces multiples dérivés la filière reste et demeure encore à l’étape embryonnaire.

Par Laure LEKOSSA

Aux nombres des pays producteurs de Cacao dans le monde figure le Bénin tout comme la Côte d’Ivoire, le Togo etc….Comparativement à ces pays, la production de fèves de cacao béninoises demeure à l’état embryonnaire. Durant la dernière décennie, le pays en aurait produit à peine 100 tonnes, bien loin du 1,4 million de tonnes produit par le voisin ivoirien, un des leaders de la production mondiale. Le CACAO est une culture modeste, cultivée à 95% en exploitation familiale dans le monde. 70% de ces exploitations se situent en Afrique. Le cacao, une culture de rente très importante dans l’économie des pays comme le Nigéria, la Côte -d’ivoire, le Ghana, le Togo est désormais produit au Bénin par un certain nombre de producteurs du Zou, de l’Ouémé et du Plateau.

Lire aussi: COTE D’IVOIRE : Alex Arnaud Assanvo nommé à la tête de l’Initiative Cacao Côte d’Ivoire-Ghana

Au Bénin, les producteurs locaux sont regroupés au sein de l’Union nationale des producteurs de cacao. Il s’agit de 1 300 groupements de villageois principalement situés dans le sud du pays. Lancée à partir de 2003, la culture du cacaoyer couvrant 573 hectares est répartie sur une quinzaine de communes. La Côte-d’Ivoire est devenue le premier producteur dans le monde avec un peu plus de 1 300 000 tonnes en 2012-2013. Cette culture représente près de 10% de son PIB. Paradoxalement, le Bénin n’a jamais taillé une quelconque importance particulière à cette filière agricole. Malgré les efforts improvisés et mal orientés du gouvernement de la révolution en son temps, la culture du cacao est restée dans son état végétatif.

Réorganisation de la filière

Trouvez les moyens surs pour faire décoller cette machine de production serait la véritable préoccupation de tous les acteurs agricoles ainsi que les gouvernants. Le gouvernement, à travers le MAEP doit revoir sa politique de promotion des filières agricoles en mettant un accent particulier sur la « cacao-culture ». Il faut les l’état pense à renforcer et à encourager les unions des producteurs de Cacao et définir les zones agro-écologistes favorable à la production du CACAO. Il faut qu’il pense aussi à augmenter voir doubler les superficies emblavée et inciter les paysans et surtout les jeunes à se lancer dans la production du CACAO. Investir dans la fourniture des plants et des intrants au profit des producteurs et aussi accompagner les producteurs dans la commercialisation de leurs produits seraient une solution adéquate.

La culture du cacao ne nécessite pas une formation académique particulière. On peut apprendre auprès des cacaoculteurs locaux ou des structures qui regroupent les acteurs du secteur dans son pays. Avec l’arrivée des nouvelles technologies, on peut aussi apprendre dans les nombreux tutoriels vidéo et écrits en ligne. C’est une culture à laquelle les jeunes pourraient s’intéresser du fait de ses nombreux avantages.

Lire aussi:
LE CACAO : Un remède efficace contre la fatigue

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image