Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

MAMA YARO SERO À PROPOS DE LA PRODUCTION FOURRAGÈRE POUR L’ALIMENTATION DU BÉTAIL

 MAMA YARO SERO À PROPOS DE LA PRODUCTION FOURRAGÈRE POUR L’ALIMENTATION DU BÉTAIL

« Elle est indépendante du climat naturel…sans produit chimique »

Pour résoudre le conflit entre agriculteurs et éleveurs, la production fourragère pour l’alimentation du bétail a été mise en place pour assurer la sédentarisation de ce dernier. Par ailleurs, cette innovation a été une réalité grâce à Mama Yaro Séro Arouna, seul jeune innovateur Africain invité par excellence a la plus grande table ronde des scientifiques d’Amérique 2023, pionnier de cette innovation.

Mama Yaro Séro Arouna

Watson SAMA

LE RURAL : En quoi consiste la sédentarisation du bétail ?

Mama Yaro Sero : La sédentarisation du bétail consiste à limiter le bétail dans une zone définie et précise, passer du stade du nomadisme à un lieu fixe afin d’y vivre et d’y cultiver ce dont il aurait besoin. De façon plus précise, on parle de sédentarisation du bétail quand on maintient les animaux dans un espace restreint en leur fournissant de nourriture, de l’eau en quantité suffisante pour leur permettre de vivre en permanence dans cet espace.

  • Quelle solution innovante apportez-vous pour la sédentarisation du bétail au Bénin ?

La solution concerne l’appareil FVH /Fourrage vert hydroponique. C’est une méthode d’élevage qui consiste à cultiver des plantes vertes sans sol dans un système de culture hydroponique. Ce type de fourrage est très riche en nutriments et en fibres et aide beaucoup les animaux dans leur croissance.

  • Existe-t-elle des périodes propices pour cette production fourragère des plantes pour l’alimentation du cheptel ?

Non. Il n’existe pas un moment précis pour produire du fourrage vert hydroponique. Elle se fait en plein temps, c’est-à-dire 12 mois sur 12 car cela est indépendant du climat naturel.

  • Cette production artificielle est faite dans quelle localité du Bénin ?

La production artificielle se fait dans plusieurs zones du Bénin. Elle est faite principalement dans les zones d’Allada, de Tori, de Parakou, de Kandi.

  • Quelle est la particularité de cette innovation ?

D’abord, il faut dire que la production ne dure que sept (07) jours. Et comme je le disais tantôt, elle est indépendante du climat naturel, sans terre et sans produit chimique.

  • Quelle réponse cette innovation apporte-t-il aux éleveurs ?

Le fourrage vert hydroponique a plusieurs avantages pour les éleveurs. C’est une innovation qui facilite la sédentarisation des éleveurs et permet la disponibilité de l’alimentation très riche en protéines pour le bétail. Aussi, facilite-t-elle la croissance rapide des animaux avec son taux élevé en enzymes

  • Ces plantes sont-elles suffisamment produites afin de satisfaire plusieurs troupeaux à la fois ?

En fait, le fourrage vert hydroponique n’est pas souvent utilisé comme aliment principal du bétail. On utilise cela comme un complément alimentaire pour équilibrer la ration.

  • Par quel moyen les éleveurs prennent pour avoir accès à ces plantes artificielles pour nourrir leurs bétails ?

En achetant l’appareil FVH, vous pouvez produire votre propre alimentation

  • On aurait appris que l’élevage sédentaire serait plus coûteux que celui mobile. Selon vous, cette affirmation est-elle vérifiée ? Si oui, que proposez-vous aux éleveurs habituellement mobiles pour surmonter cette charge supplémentaire ?

L’élevage sédentaire est plus coûteux car l’éleveur est censé apporter tous les éléments indispensables pour la croissance de ces animaux et que l’animal avait l’habitude de consommer pendant le pâturage. Il faut rappeler que les animaux ne broutent pas tous les herbes au pâturage chaque herbe a en elle des éléments nutritifs différents donc l’élevage sédentaire doit être en mesure d’apporter tous ces éléments dont l’animal a besoin ce qui n’est pas une chose facile.

  • Votre mot de fin

Pour un réel développement de ce secteur, il faut d’abord une prise de conscience collective, des appuis envers les éleveurs et financer également des parties prenantes qui œuvrent pour la sédentarisation et pour l’indépendance alimentaire des animaux.

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *