Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

MISSION CONJOINTE DE SUPERVISION : Le PRIMA évalué après dix mois d’exécution

 MISSION CONJOINTE DE SUPERVISION : Le PRIMA évalué après dix mois d’exécution

Lancé en décembre 2022, le Programme Régional d’Intervention des Marchés Agricoles (PRIMA) reçoit sa première mission de supervision. Démarrée ce lundi 13 novembre 2022, elle va durer deux semaines et va consister à apprécier le niveau d’avancement du projet.

Photo de famille

Jean-Baptiste HONTONNOU

Intervenant au Bénin comme au Togo, le PRIMA est à 10 mois d’exécution et fait son petit bonhomme de chemin. En effet, comme tout autre projet du FIDA, ce programme reçoit, pour une durée de deux semaines à compter du lundi 13 novembre 2023, une mission conjointe de supervision du Gouvernement du Bénin et du Fonds. Une première fois pour le PRIMA, la mission a pour but central d’apprécier la mise en œuvre du projet, de voir les progrès qui sont faits en termes des indicateurs de produits et d’apprécier les instruments d’opérationnalisation. Parlant donc de l’état d’avancement de ce projet, il est plutôt moins inquiétant. Pour Hector GANKPON, Chef du Programme, ce qu’on peut retenir de façon concrète est que « les bases sont posées pour qu’en 2024, le projet puisse commencer véritablement à décoller ».

« Les conventions et protocoles de partenariats à signer avec les différents partenaires sont finalisés. Les infrastructures à réaliser du côté des marchés sont faites et la procédure est en cours du côté des aménagements et sera finalisée d’ici début 2024 »,

a-t-il continué. L’autre élément important concerne l’ingénierie sociale. A en croire le chef de projet, « la structure qui doit coordonner ce pan du projet est recruté et ça ne reste la contractualisation ».

Par ailleurs, dans la mise en œuvre de ce programme, les acteurs ont rencontré quelques contraintes.

« Au cours des dix premiers mois, on a eu de contraintes au niveau de passation de marchés parce que le plan de passation de marchés dans lequel est incrusté celui du PRIMA au niveau du MAEP n’a pas été vite publié »,

a révélé le chef projet. La deuxième contrainte prend en compte la rupture de trésorerie que le programme a connu entre avril et mai, « ce qui a fait que sur les 10 mois, nous n’avons travaillé que 05 voire 06 mois ».

Présent à la cérémonie de lancement de cette mission, le Directeur de Cabinet du MAEP, Dossa Aguemon, a invité cette dernière à observer un certain nombre de précautions.

« Je voudrais exhorter le chef Prima et toute son équipe et tous les partenaires de mise en œuvre à saisir cette opportunité afin de mettre sur la table l’ensemble des préoccupations recensées dans le cadre de ces différentes séances de sensibilisation sur le PRIMA, de conception des protocoles, conventions et ce, des préoccupations des plus banales aux plus fondamentales »,

a-t-il laissé entendre. Pour lui, ces préoccupations feront objet de discussions dans une atmosphère qu’il souhaite « détendue, franche et faîte de critique constructive ».

Soulignons qu’à l’issue des analyses, la mission proposera les mesures nécessaires à la consolidation des résultats obtenus ainsi que de nouvelles orientations. S’étalant sur deux semaines, cette dernière comprendra une visite de terrain dans quelques zones d’intervention du projet.

1 Comment

  • Can you be more specific about the content of your article? After reading it, I still have some doubts. Hope you can help me.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *