Abomey-Calavi
Agriculture

PRODUCTION DE MATERIEL VEGETAL PERFORMANT D’ANACARDIERS : TechnoServe transfère à l’INRAB deux vergers de semences polyclonales

Le projet BeninCajù mis en œuvre par TechnoServe a transféré deux vergers de semences polyclonales d’anacardiers dans le patrimoine de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin. Les cérémonies de remise officielle ont eu lieu les 22 et 23 septembre 2022 respectivement dans les villes de Bembèrèkè et Savè.

Le Dir Pays adjoint et le DG INRAB se donnant la main

Cédric Joawo BAKPE

De par sa mission de contribuer entre autres à l’accroissement de la productivité et de la production des noix de cajou au Bénin, et compte tenu de la place prépondérante qu’occupe le matériel végétal performant de plantation dans la chaîne de production agricole, BeninCajù a pris l’option de soutenir le premier maillon de la production notamment les pépiniéristes pour la production de plants certifiés d’anacardiers à travers le renforcement de leurs capacités de production de matériel végétal performant d’une part, l’amélioration de conditions d’obtention de ce matériel dans une approche entrepreneuriale et l’accompagnement de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (INRAB) pour la mise en place du dispositif devant permettre d’asseoir les capacités nationales de développement des variétés de cajou d’autre part. Après avoir installé et entretenu les sites abritant les deux vergers d’anacardiers sis à Ina dans la commune de Bembèrèkè et à Ouoghi dans celle de Savè, TechnoServe à travers le projet BeninCajù les transfère dans le patrimoine de l’Institut National des Recherches Agricoles du Bénin. C’était à la faveur d’une cérémonie de remise officielle qui a rassemblé des autorités en charge du secteur agricole. Pour Siaka Kodjo, Directeur des Programmes de l’ATDA du pôle 4, « ce joyau doit être maintenu, défendu, pérennisé, et même étendu ». Il a notamment adressé ses remerciements à TechnoServe/BeninCajù et au département américain de l’agriculture pour avoir planifié, financé, soutenu le processus d’installation de ces deux vergers et avoir suivi le développement de ces deux vergers, avant d’inviter l’INRAB à prendre en main ces vergers pour les gérer comme un patrimoine national. Peter Masawe, Directeur de production de BeninCajù a annoncé qu’à travers cet acte, « le Bénin figure comme le troisième pays après la Tanzanie et le Mozambique disposant de véritables vergers de semences polyclonales et ceci devrait lui permettre de répondre aux besoins nationaux en matière de plantation, mais également à la demande des pays voisins ». Il a fini par solliciter l’INRAB et les autorités à divers niveaux à accélérer le processus de défrichement pour la mise en place des essais génétiques de cajou et des vergers clonaux et de mobiliser les ressources financières adéquates et durables pour l’entretien et la gestion de ces vergers. Soulé Manigui, Directeur pays adjoint de TechnoServe a rassuré l’INRAB qu’il s’agit « d’un transfert et non d’une disparition de l’assistance technique » dont il devra bénéficier pour que ces deux vergers et pourquoi pas les autres qui vont venir puissent être effectivement des outils au service de la filière.

Vue d’ensemble

L’INRAB face à un défi

Adolphe Adjanohoun, Directeur de l’INRAB est bien conscient de l’enjeu. D’ailleurs, il n’a pas manqué de le souligner : « Le défi est de maintenir, d’entretenir, d’étendre ce joyau et en faire une source de revenus pour le pays à travers l’exportation de ce matériel au niveau de la sous-région. » « Je mesure l’ampleur de la responsabilité, je vais l’assumer entièrement », a-t-il rassuré. Ne pouvant atteindre cet objectif seul, il a par la suite exhorté ses collaborateurs au professionnalisme. « Ces engagements que j’ai pris ne seront honorés que lorsque j’aurai avec moi une équipe de professionnels… Je compte sur vous, le professionnalisme, le compte-rendu à temps, la réalité des faits, quels qu’ils soient », a laissé entendre Adolphe Adjanohoun avant de rassuré ces collaborateurs qu’ils bénéficieront des moyens nécessaires pour que ces deux vergers soient des modèles à repiquer un peu partout dans le pays et à vendre au niveau de la sous-région. Tout ceci donne l’assurance que le Bénin disposera bientôt de ses propres variétés de cajou.

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image