Abomey-Calavi
Entretien

PRODUCTION & TRANSFORMATION DE RIZ PADDY AU BENIN:« La CCTR-Bonou est une entreprise de transformation de riz paddy en riz étuvé et riz blanc », dixit Sènamé TOSSOU

La Coopérative Communale des Transformateurs de Riz de Bonou(CCTR-Bonou) est une coopérative béninoise constituée majoritairement de femmes, spécialisée dans la production et la transformation de riz étuvé et blanc, sous la marque Shilo dans la commune de Bonou.  Experte dans le domaine, Sènamé TOSSOU donne de plus amples informations sur cette coopérative dont elle est la coordonnatrice.

Sènamé TOSSOU

Veuillez-vous présenter !

Je m’appelle Senamé TOSSOU. Je suis transformatrice du riz paddy, présidente de la Coopérative Communale des Transformateurs de Riz de Bonou (CCTR-Bonou). Je suis mariée et mère de (03) enfants.

Daignez présenter le contexte de mise en place de cette coopérative !

La Coopérative Communale des Transformateurs de Riz de Bonou (CCTR-Bonou) est une entreprise de transformation de riz paddy en riz étuvé et riz blanc. Immatriculation : 10/06/03/2017/007/Im ; N° RCCM (GIE) : 16243, qui bénéficie d’un appui technique de RAD-ONG. L’idée entrepreneuriale est survenue parce que le riz est toujours importé dans notre pays. C’est donc pour pallier ce problème que la coopérative a vu le jour.

La coopérative compte combien de membres ?

Elle est composée de 95% de femmes. Elle est située dans la commune de Bonou, arrondissement d’ATCHONSA et compte seize (16) employés dont quatre (04) permanents et douze (12) occasionnels.

Quelles sont alors vos objectifs ?

La vision du cluster CCTR-Bonou est de permettre à la population de consommer le riz local. Notre objectif c’est d’augmenter la capacité de production et imposer notre riz sur le marché béninois et sur le marché sous régional puis international. Notre vision est que d’ici peu de temps, tous les Béninois consomment notre riz. Nous avons également pour mission d’encourager la jeunesse à s’impliquer plus dans l’agriculture. En général, travailler de sorte qu’à l’horizon 2025 la CCTR-Bonou commercialise sur le marché national une quantité de 259 tonnes de riz dont 113 tonnes de riz blanc long grain, 60 tonnes de riz blanc cassé, 60 tonnes de riz étuvé long grain et 26 tonnes de riz étuvé cassé. Pour atteindre cet objectif les producteurs vont produire 500 tonnes de paddy à livrer à l’agrégateur. 

Quelles sont les activités phares qu’organise votre coopérative ?

En accord avec mes membres, j’ai mis en place un Plan de Développement Entrepreneurial (PDE). La mise en œuvre du présent PDE couvrira la période de juillet 2022 à juin 2023, soit douze (12) mois.  Entre autres activités, nous avons : la sensibilisation continue du personnel ; la sensibilisation sur l’importance du bilan comptable et le respect de l’ensemble des procédures comptables, l’importance de la planification et de la tenue des outils de gestion dans une entreprise, l’importance de l’accès au financement pour le développement des affaires de l’entreprise ; la sensibilisation la CCTR sur l’impact de l’intégration des techniques innovantes d’élevage vis-à-vis des revenus ; la sensibilisation la CCTR sur l’importance du crédit dans le processus de développement d’une entreprise ; l’appui des employés dans l’adoption des nouvelles technologies. 

Quelles sont vos marchés d’écoulement ?

26% de la quantité totale des produits de notre entreprise sont vendus sur les marchés locaux, 71% sur les marchés nationaux et 3% sur les marchés régionaux. Elle enregistre un chiffre d’affaires de trente-cinq million six cent vingt-sept mille cinq cent francs CFA (35 627 500 FCFA) avec un résultat net de 8 803 950 FCFA sur les douze derniers mois avant l’accompagnement.

Depuis sa création à ce jour, quel bilan faites-vous ?

Le bilan est positif parce qu’on a plus de visibilité. La marque Shilo profite à la population parce qu’elle a permis la création d’emplois. Ça permet aux producteurs de vendre aisément le riz paddy. Elle permet aux commerçants de riz local de s’approvisionner chez nous. La ressource humaine a augmenté. Les partenaires investissent énormément. Malgré tout ça, nous travaillons afin de parvenir à l’autonomisation. La variation des activités menées au sein de l’entreprise permet à cette dernière de se positionner sur plusieurs chaînes de valeurs ajoutées et, les scores obtenus en termes de capacités et profils entrepreneuriaux illustrent ma détermination et mon engagement. Les outils de gestion sont tenus à jour ; le bilan comptable est disponible ; l’entreprise dispose à présent d’un fonds de roulement suffisant ; la politique de gestion des ressources humaines est respectée. Le positionnement des produits de l’entreprise sur le marché est renforcé et meilleur. La qualité des produits et des services s’est améliorée ; la capacité de production de l’entreprise a augmenté ; des outils et des mesures de protection de l’environnement sont mises en place ; des contrats de partenariat avec les clients et les fournisseurs, sont signés. Un réseau d’affaires actif est organisé autour de l’entreprise ;

Quelles sont les problèmes auxquels vous êtes le plus souvent confrontés ?

Les principaux coûts auxquels l’entreprise fait face sont relatifs au coût d’acquisition de la matière première (le riz paddy IR841), aux frais d’emballage et à la main d’œuvre. Il y a aussi les effets du changement climatique. La gestion des petits conflits entre membres. Toutefois, quelques difficultés sont enregistrées sur certains aspects notamment sur les aspects juridique, organisationnel, financier, de gestion, partenariat et, environnementaux.  On note aussi la démission de certains employés au vu de la nouvelle organisation de l’entreprise

Votre mot de fin !

C’est le moment pour moi de remercier ENABEL à travers le projet DEFIA, RIKOLTO. Car c’est à travers RIKOLTO que notre Cluster a bénéficié des différentes thématiques sur les normes SRP, la production agroécologique qui permet d’avoir un riz saint et durable et à aboutir aux champs agricoles. Nous avons eu également de visibilité à travers les différentes foires. Je vais finir en invitant donc les acteurs agricoles à travailler en équipe à l’instar des membres de la CCTR-Bonou, car le travail en équipe est une bonne chose.

Propos recueillis et transcrits par Yélian Martine AWELE

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image