Abomey-Calavi
Agriculture

SÉNÉGAL : La grippe aviaire fait son apparition dans la région de Thiès

Un foyer de grippe aviaire H5N1 a été décelé dans un village de la région de Thiès, à 70 kilomètres à l’est de Dakar. Selon Aly Saleh Diop, ministre de l’Élevage et des Productions animales, le premier cas de grippe aviaire H5N1 hautement pathogène a été décelé le 23 décembre. Le lendemain, une mission a été déployée sur les lieux pour s’enquérir de la situation. D’après le ministre, toutes les mesures ont été prises pour circonscrire la maladie. «À la suite d’une analyse effectuée par le laboratoire national d’élevage et de recherches vétérinaires, nous avons évalué l’ampleur de la maladie, identifié les facteurs de risque et formulé les recommandations pour le contrôle rapide du foyer, explique Aly Saleh Diop. Suite à cela, nous avons procédé à l’incinération des sujets qui étaient déjà morts. Par la suite, nous avons procédé à l’abattage de tous les autres sujets encore en vie. »

Selon le ministre, la mission de tutelle dépêchée sur les lieux a trouvé sur place 48 000 oiseaux morts. Ensuite, les services du ministère ont pris l’option d’abattre les 58 000 sujets restants. Au total, 42 000 pondeuses ont été abattues et près de 3 000 œufs détruits sur instruction du ministère de l’Élevage. L’objectif étant d’éviter la propagation de la maladie. Dans une lettre adressée à l’ordre des médecins vétérinaires, le ministre a écarté la thèse de l’importation de la maladie. Les volailles mortes sont dans la tranche d’âge des 18-24 mois. Les sujets apparemment sains, au nombre de 42 000, sont dans la tranche d’âge des 9-18 mois.

Au regard de l’âge avancé des poulettes, la voie de l’importation peut être écartée, compte tenu de la durée d’incubation de la maladie. Par conséquent, l’origine du virus pourrait être soit endogène (environnement, litière, eau, aliment), soit exogène (personnel, véhicules, alvéoles, aliment, vent) ou même associée à un défaut de biosécurité fait –il savoir. Le ministère envisage pour l’heure de poursuivre les enquêtes épidémiologiques pour déterminer la source de l’infection. Cela, afin de prévoir une indemnisation pour accompagner le repeuplement de la ferme impactée. Il reste aussi à renforcer le contrôle des animaux et des produits animaux aux frontières, notamment maritimes et terrestres.

Pour rappel, en 2005, le gouvernement sénégalais avait pris la décision d’interdire l’importation de produits et de matériels avicoles pour éviter la grippe aviaire qui sévissait dans le monde. Ainsi, conformément aux dispositions de l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) de l’Organisation mondiale du commerce, la mesure visait quatre produits : les volailles vivantes, y compris les poussins d’un jour chair et ponte, les viandes et les découpes de volailles, les œufs frais et autres destinés à la consommation, et enfin le matériel d’exploitation avicole usagé. Cette mesure avait permis le développement de la filière avicole au Sénégal.

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image