Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

UTILISATION DES EAUX STAGNANTES DANS LE MARAÎCHAGE : un fertilisant alternatif pour les cultures

 UTILISATION DES EAUX STAGNANTES DANS LE MARAÎCHAGE : un fertilisant alternatif pour les cultures

L’eau est un facteur important pour la production végétale et l’amélioration du rendement en raison du rôle qu’elle joue dans plusieurs processus physiologiques d’une plante. Cependant, lorsqu’il s’agit de choisir la meilleure eau pour arroser les plantes, la qualité a un impact significatif sur le résultat final. Pour donc arroser leurs plantes, certains maraîchers et jardiniers préfèrent l’eau de marigot (usée) plutôt que l’eau de forage (pure).

 

Bambo Nestor NOANTI

« Cette eau stagnante appelée eau de marigot ou encore eau souillée que nous utilisons contient de l’engrais naturel dont nos plantes ont nécessairement besoin » a laissé entendre Lawani Abdou Moumini, maraîcher de Tokpokpê Kara derrière le marché abattoir de Parakou. Telle est la raison pour laquelle les maraîchers préfèrent cette eau.

En effet, la plante pour faciliter son développement, a besoin d’éléments nutritifs (la lumière, l’oxygène, le carbone et des éléments minéraux) et des nutriments nécessaires. Par ailleurs, l’eau stagnante (souillée) utilisée par les maraîchers est chargée des matières fécales animales ou humaines, des déchets de tout genre ou effluents bruts. Ces déchets environnementaux selon l’agronome Malick Abdou, confèrent à cette eau les nutriments et éléments nutritifs facilitant la croissance et l’amélioration de la plante.

Pour Ayena Idohou Kadjogbé Jacques, ingénieur en sciences agronomiques option aménagement et gestion des ressources naturelles, cette eau est certes salle pour les humains mais pure pour la plante car elle contient des résidus de nourriture (le reste des nourritures et autres) qui se décomposent en matières organiques dont la plante a nécessairement besoin. « Il est toujours bon d’utiliser cette eau qui contient des engrais naturels au lieu d’utiliser les engrais chimiques qui sont toujours nuisibles à notre santé » recommande-t-il.

Toutefois, la nature des déchets n’est pas sans conséquence sur la qualité des légumes produits, notamment les carottes, les choux, l’aubergine, la laitue…, car la forte présence de certaines matières toxiques non décomposées est propice au développement des mauvaises bactéries. Pour pouvoir profiter de ce type d’eau, l’agronome Malick Abdou recommande aux maraîchers de réaliser une étude préalable. Au cas où cela serait nécessaire, ajoute -il, de procéder au traitement de l’eau ou de préparer la zone de stockage afin d’éviter la prolifération de microorganismes préjudiciables.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *