Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

CONTRE COP 27 DES PEUPLES AFRICAINS: Synergie Paysanne organise des assemblées populaires de sensibilisation et de plaidoyers sur l’adoption de l’agroécologie

 CONTRE COP 27 DES PEUPLES AFRICAINS:  Synergie Paysanne organise des assemblées populaires de sensibilisation et de plaidoyers sur l’adoption de l’agroécologie

Cinq assemblées villageoises dénommées « ATCHAKPODJI » (sous l’arbre à palabre) ont été organisées par Synergie Paysanne avec les communautés de producteurs agricoles dans la commune de Za-kpota du 17 au 21 octobre 2022. Elles visent à sensibiliser et plaider pour l’adoption des innovations/options d’adaptation aux changements climatiques basées sur l’agroécologie.

Séance de sensibilisation

Cédric Joawo BAKPE

Producteurs agricoles, responsables et techniciens des coopératives/groupements de producteurs agricoles, les communautés paysannes en générale les personnes ressources et autorités locales, sont les principaux acteurs réunis au cours des assemblées villageoises dénommées « ATCHAKPODJI » (sous l’arbre à palabre). Elles se sont déroulées dans cinq villages de l’arrondissement de Za-tanta dans la commune de Za-Kpota. Ces rencontres consistent « à regrouper les communautés à la base les soirs pour échanger sur les grands sujets qui sont à l’ordre du jour à la COP 27, histoire de recueillir leur point de vue par rapport à ces sujets », a précisé Jerry Tchiakpe, Chargé de communication et responsable des questions sur l’agroécologie et changement climatique de Synergie paysanne. Il ajoute que la finalité « est de collecter toutes ces préoccupations, les verser au chef d’arrondissement de Za-tanta, qui va les transmettre à qui de droit pour que ça gravisse les différents niveaux et aller jusqu’aux gouvernants qui vont représenter le pays à la COP 27 ». Aussi, dit-il, « ça va servir d’élément de base pour le plaidoyer que les représentants des OSC vont mener à la COP 27 ». A en croire ses propos, de façon spécifique, des projections de films suivi d’échanges/débats sur les causes (surtout locales) et effets des changements climatiques sur les activités agricoles, les innovations agro écologiques disponibles et les besoins/accompagnements nécessaires pour leur adoption par les communautés et les positions des communautés sur la justice climatique et les autres grands sujets à discuter à la COP 27, ont fait le menu de ces assemblées villageoises.

Vue des femmes participantes à la marche finale des assemblées villageoises à Aligoudo

Les difficultés liées à la pluie, les questions liées à la restauration des terres, la déforestation…, sont entre autres des facteurs qui entraînent le réchauffement climatique reconnus par les populations elles-mêmes. « Nous avons identifié que la rareté des pluies, la dégradation des sols, la destruction des cultures par le bétail, les difficultés d’accès aux marchés de commercialisation, la baisse des rendements agricoles constituent des problèmes entre autres qui minent la localité », témoigne Abraham Awedjo, Porte-parole des communautés avant d’ajouter : « Au regard de ces difficultés, il nous a été montré des approches de solutions basées sur l’agroécologie paysanne à savoir l’utilisation d’engrais biologiques, l’association des cultures, l’agroforesterie, le reboisement et bien d’autres » ; « L’agroécologie paysanne a été la pratique qui a été recommandée parce qu’aujourd’hui, c’est une alternative pour faire face aux effets des changements climatiques », renchérit le responsable des questions sur l’agroécologie et changement climatique de Synergie paysanne.

Les communautés paysannes ont présenté ces solutions au Chef d’Arrondissement de Za-tanta et ont sollicité qu’il porte leurs voix auprès du conseil communal pour la prise de mesures d’accompagnement pour l’adoption de ces mesures basées sur l’agroécologie. Plus d’un millier de participants ont été mobilisées par ces assemblées.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *