Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

DESERTIFICATION ET PASTORALISME : Les éleveurs agropastoraux accusés à tort

 DESERTIFICATION ET PASTORALISME : Les éleveurs agropastoraux accusés à tort

La désertification fait partie des grandes questions environnementales actuelles. Et dans le souci de chercher le père de cette désertification, plusieurs hypothèses sont émises et tentées d’être prouvées. Il y a celle qui soutient que le pastoralisme est l’une des causes majeures de cette dégradation, mais elle s’avérerait être fausse.

Un éleveur avec son bétail dans le sahel

Jean-Baptiste HONTONNOU

Si l’on passe en revue les potentielles causes de la désertification, elles auraient été la conséquence de la surexploitation des terres agricoles et des ressources en eau, de la végétation naturelle et sa destruction par les défrichements, et pour finir, la surexploitation de la végétation par les troupeaux qui réduirait la production des pâturages et la reproduction naturelle des nombreux arbres fourragers. Considérant cette dernière cause selon laquelle le pastoralisme serait l’un des responsables de la désertification, les points de vue restent divergents. Du côté des défenseurs de l’environnement, c’est une réalité, tandis que du côté des acteurs du pastoralisme et quelques chercheurs scientifiques, ce n’est qu’une simple spéculation.

Dans sa recherche scientifique qui a pour titre « Élevage, climat et politique des ressources : Une introduction ! », Ivan Scoones a affirmé que les éleveurs pastoraux sont fréquemment accusés de détruire l’environnement. Alors que pour lui, « cette perception est souvent fondée sur une mauvaise compréhension des écologies et des paysages des zones arides, et s’appuie sur des préjugés persistants à l’encontre des populations pastorales ». En effet, cette idée a été construite par la science coloniale qui « comprenait mal les environnements des zones arides et supposait que le désert avançait, menaçant les terres agricoles productives ». Et vu que le pastoralisme se développe plus dans ces zones, la faute est donc rejetée sur les éleveurs pastoraux habitant les zones arides, discours qui était doublé d’appels à faire diminuer la pression démographique et à sédentariser les populations pastorales. À en croire Ivan Scoones,

« ce n’est que plus tard, grâce à la photographie satellite, qu’il est apparu clairement que les zones arides s’étendaient et se retiraient de manière cyclique, tandis que la dégradation de l’environnement autour des villages et des points d’eau était davantage causée par les interventions de « développement » que par les pratiques traditionnelles des éleveurs ».

Ainsi, les éleveurs pastoraux ne doivent pas être considérés comme les principaux responsables de la désertification.

Par ailleurs, sur cette même question, Abdoulaye Dia et Robin Duponnais soutiennent qu’« avec un regard et des outils scientifiques, la réalité pastorale révèle peu à peu sa complexité ». Pour donc offrir des pistes de réflexion, « il est nécessaire d’entrer dans le détail des deux domaines que sont, d’une part, le système pastoral et, d’autre part, la dégradation des espaces pastoraux ». Car, comprendre l’évolution historique récente et les dynamiques sous-jacentes en jeu, notamment les liens sociaux qui soutiennent le pastoralisme, ouvre des perspectives sur des voies d’intervention.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *