Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

ELEVAGE DE BOVINS AU NORD-BÉNIN : Les éleveurs face à quelques difficultés qui semblent banales

 ELEVAGE DE BOVINS AU NORD-BÉNIN : Les éleveurs face à quelques difficultés qui semblent banales

La promotion des filières lait et viande au Bénin bat son plein. Le gouvernement met les bouchées doubles pour faire de ces filières une référence mais certains aspects comme les difficultés rencontrées par les éleveurs ne sont pas à négliger.

Jean-Baptiste HONTONNOU

La production animale au Bénin va de mieux en mieux. De la filière viande à celle œufs de table en passant par le lait, la productivité avance progressivement. En 2020, la production totale de viande est estimée à 78 224 tonnes contre 76 161 tonnes en 2019, soit 2,7% d’augmentation. Du côté de la production de lait, elle est estimée à 128 414 tonnes en 2020 contre 125.145 tonnes en 2019, soit 2,45% d’augmentation. Certes une avancée, mais les objectifs restent loin d’être atteints.

En effet, malgré que de nombreux efforts soient fournis par le gouvernement, tel que la mise en œuvre du projet de développement des filières lait, viande, œufs de table prévu pour connaitre son épilogue en 2026, les éleveurs de bovins traversent toujours certaines difficultés. Ces dernières paraissent être banales, mais en réalité sont très signifiantes. D’après AGBESSI Boniface, Eleveur de bovins à Kandi, le premier problème que rencontrent les éleveurs est l’accès à l’eau. « Au nord, c’est l’eau le premier problème. Il n’y a pas de forage », affirme-t-il. Aussi, à en croire ce dernier, les aliments de ces bœufs posent-ils problème. « C’est encore difficile de trouver ce qu’ils vont manger », a-t-il martelé.

« Dans le Nord, on cultive assez du coton. On a la chance d’avoir au moins deux usines d’égrenages et les graines qui sont pourries, on n’a pas l’opportunité de s’en procurer. Alors que c’est un aliment capital pour les bœufs »,

déplore l’éleveur.

Ainsi, il est crucial de reconnaitre que le gouvernement fait de son mieux pour donner un ouf de soulagement à ces éleveurs, mais il serait aussi très important de prêter une attention particulière à ces quelques difficultés auxquelles ils font face afin d’assurer effectivement le développement des filières lait et viande.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *