Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

LE BOKASHI: Un compost qui fait des merveilles

 LE BOKASHI: Un compost qui fait des merveilles

L’adoption de certaines pratiques agricoles issues de l’agriculture moderne contribue à la dégradation des sols et impacte négativement le bien-être de l’homme ; ce qui engendre globalement le phénomène de la destruction des sols. Un véritable problème auquel sont confrontés les agriculteurs et agricultrices. S’inscrivant ainsi dans le dynamisme de restauration des sols, Lidwine BALOITHA, Experte dans le domaine de l’Environnement propose des solutions comme la production de compost notamment le Bokashi pour une sortie de crise.

Yélian Martine AWELE

Le ‘‘bokashi’’ est un engrais naturel formé à partir de matière organique fermentée. « Il permet de restaurer et de rendre fertile le sol », explique Lidwine BALOITHA, Consultante en agro-écologie et gestion durable des terres et adaptation aux changements climatiques. Ainsi, évoque-t-elle une multitude de techniques de restauration de la terre notamment la production du compost bokashi que les producteurs peuvent facilement composer en 15 jours.

Pour fabriquer le bokashi, dit-elle à l’endroit des producteurs et productrices, « vous avez besoin d’un composteur bokashi spécifique, c’est-à-dire un composteur doté d’un robinet, ainsi que d’un activateur de compost ». Cet activateur également appelé poudre bokashi est composé d’EM, des micro-organismes efficients empêchant la putréfaction des déchets et les préparant une fois en terre. « La méthode de fabrication du bokashi se base en effet sur le principe de la fermentation, d’où son nom, qui signifie ‘’Matière organique fermentée’’ en japonais », ajoute-t-elle. Pour l’utiliser, il suffit de : saupoudrer des EM au fond du seau (pour une première utilisation), couper les restes alimentaires en petits morceaux, les jeter dans le seau, bien les tasser pour évacuer l’air, saupoudrer d’EM, et vider le jus tous les 2-3 jours, fait savoir la Spécialiste.

Que peut-on mettre dans le bokashi ?

Les composants du bokashi sont : les fruits et légumes (agrumes, ail, oignons), les verres de terre, les aliments cuisinés, les viandes cuites ou crues, le poisson, les coquilles (œufs, noix), les petits os, le pain, le marc de café, les sachets de thé, les fleurs fanées, les mouchoirs, les produits laitiers, etc. Cependant, certains éléments comme les excréments, la cendre, le papier, les coquilles de fruits de mer, les plastiques biodégradables, et les aliments moisis sont proscrits pour la préparation du bokashi.

« Si vous disposez d’un jardin, vous pouvez directement placer votre compost au pied de vos arbustes, l’enterrer dans le sol de votre potager deux semaines avant de planter ou semer, ou bien l’incorporer entre les rangs de légumes en croissance. En appartement, vous pouvez le mélanger à la terre de vos pots et jardinières », notifie Lidwine BALOITHA, Consultante en agro-écologie et gestion durable des terres et adaptation aux changements climatiques. 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *