Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

PANEL SCIENTIFIQUE À L’UAC : African Parks mobilise les experts autour de la question de la conservation des aires protégées au Bénin

 PANEL SCIENTIFIQUE À L’UAC : African Parks mobilise les experts autour de la question de la conservation des aires protégées au Bénin

 L’Université d’Abomey Calavi a abrité ce vendredi 25 août 2023, le panel scientifique des parcs nationaux. Ceci s’inscrit dans le cadre des séries d’activités organisées par African Parks pour booster la visibilité des parcs et connecter les parties prenantes aux avancées dans les aires protégées du Nord Bénin.

Vue des Panélistes

Vanessa ZANNOU

Entre la recherche scientifique et les parcs nationaux, il existe un étroit lien qu’il n’est pas cohérent de négliger. C’est pour cela qu’il a été organisé ce panel scientifique dans le cadre de la nuit des parcs nationaux mise sur pieds par African Parks. Composé du Professeur Brice SINSIN, ancien recteur de l’Université d’Abomey Calavi, de l’ancien Directeur général des Eaux Forêts et Chasse Dr El Hadj Azizou ISSA et du Directeur Régional Afrique de l’Ouest d’African Parks M. Hugues AKPONA, ce panel a permis à l’assistance d’avoir un développement succinct sur la thématique : « Parcs nationaux et recherche scientifique : quelle dynamique face aux enjeux réels de développement ? ». « Nous voyons la science comme la résultante de la recherche et le suivi de l’évaluation et de l’adaptation », explique le Directeur Hugues AKPONA. Parlant donc de l’interface de la recherche scientifique et des ressources naturelles, il pense que la recherche scientifique est le bastion qui permet de répondre à des questions complexes, d’incertitude que ça soit sur la faune, les écosystèmes, ou sur des problématiques sociales importantes qui devraient aider à prendre de meilleures décisions de gestion.

Photo de famille

 En effet, « les parcs nationaux sont avant tout des outils d’éducation environnemental pouvant aider le grand public à s’amouracher des aires protégées. Et pour y parvenir, la science intervient afin de fournir des données indispensables », a-t-il fait savoir le Professeur Brice SINSIN, Ancien recteur de l’Université d’Abomey Calavi. Considérant donc que les aires protégées en général et les parcs nationaux en particulier jouent un grand rôle dans la protection et la restauration de la biodiversité, l’intervention de la science vient en appui dans l’atteinte de cet objectif. Et c’est ce qui justifie le bien-fondé de la tenue de ce panel scientifique.

Ayant débuté par un exposé de chacun des intervenants, le panel s’est débouché sur un échange de questions et réponses. Riche en causerie débat et en partage d’expérience, il a été pour les participants, un moment particulier de poser toutes les préoccupations liées à la conservation des parcs nationaux. Dans le but de satisfaire l’assistance, les panelistes ont proposé des pistes de solution pour une collaboration entre les parcs nationaux du Bénin et la recherche scientifique afin de faire face aux enjeux de développement.

Quelques objectifs de la « Nuit des Parcs Nationaux »

Faut-il le rappeler, ce panel s’inscrit dans le cadre de l’initiative « la nuit des parcs nationaux ». Cette dernière a été pensée pour mettre en lumière l’engagement au plus haut niveau du gouvernement du Bénin et les avancées en matière de conservation des parcs nationaux de la Pendjari et du W Bénin. Également, elle servira de bouclier pour penser à résoudre les problèmes qui menacent la biodiversité et le bien-être des populations riveraines tels que la déforestation, la surexploitation des ressources naturelles, le braconnage, les conflits hommes-faunes, l’empiétement agricole et les changements climatiques. Par ailleurs, l’initiative vise à informer le public sur l’importance et les avancées en matière de la conservation des aires protégées et susciter sa contribution de toutes sortes et de toutes natures à l’amélioration des ressources au profit des parcs Pendjari et W-Bénin. En plus donc de ce panel, s’en suivront un téléthon, le séjour-découverte dans les parcs de la Pendjari et du W-Bénin ; les sessions de témoignages ; un fitness, les séances de don de sang et une soirée de Gala, au cours de laquelle des distinctions seront remises à des acteurs de la conservation.

Il faut souligner que toutes ces activités se réalisent sous le parrainage du ministère du cadre de vie et des transports chargé du développement durable.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *