Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

PARASITES CORPORELS : Comment pallier l’acarien responsable de la gale ?

 PARASITES CORPORELS : Comment pallier l’acarien responsable de la gale ?

Maladie de la peau contagieuse comme les poux et les morpions, la gale humaine est rependue un peu partout dans le monde. C’est une pathologie qui a la capacité de pénétrer l’épiderme et de s’y reproduire facilement. Quel est le parasite corporel pouvant provoquer la gale ? Quels sont ces premiers signes et ces traitements les plus efficaces ?

Oyéyèmi AGANI

« La gale est une maladie contagieuse qui provoque des démangeaisons parfois terribles et qui est due à un petit acarien mois d’un millimètre qui rentre dans la peau et qui y fait son nid », a indiqué Pr Arezki Izri, maître de conférences universitaires, professeur émérite en Parasitologie-Mycologie au Service de Parasitologie à l’hôpital Avicenne de Bobigny en région parisienne. En effet, cette  maladie peut toucher tout type de personnes, quels que soient leur âge, leur hygiène et leur milieu social. C’est un parasite indésirable qui se transmet par contact direct et prolongé de la peau avec une personne porteuse ou par contact de la literie contaminée, des vêtements, des écoles, transports en commun et du linge de maison. Ses symptômes surviennent après une période d’incubation de trois semaines en moyenne. 

« Au tout début de cette maladie, on se gratte entre les doigts, au niveau des poignets puis les organes génitaux. Ce qui donne après des boutons qui se situent au niveau des doigts et de la main, mais qui peuvent aussi se généraliser »,

confie le professeur émérite en Parasitologie-Mycologie.

Les démangeaisons de la gale sont souvent plus prononcées la nuit. Elles sont localisées sur les zones du corps atteintes par le parasite de la gale : entre les doigts des mains ; à l’avant des poignets ; sur les coudes et les avant-bras ; au niveau du nombril ; à l’intérieur des cuisses ; au niveau des organes génitaux chez l’homme et des mamelons chez la femme ; sur les fesses. Dans la gale commune, le dos, le cou et le visage sont épargnés, sauf chez le nourrisson. En cas de gale profuse ou hyperkératosique, les lésions s’étendent à l’ensemble du corps, y compris au dos.

Par ailleurs, comme toute autre maladie, la gale est généralement traitée suite à la prescription des médécins. Etant très contagieuse, l’entourage doit être traité en même temps que la personne atteinte de la gale. Les soins doivent aussi s’accompagner d’un traitement du linge qui a pu être contaminé par le parasite (vêtements, sous-vêtements, draps et couvertures, serviettes de toilette, etc.). « Les traitements marchent très bien à condition de suivre scrupuleusement les recommandations », souligne le professeur émérite en Parasitologie-Mycologie.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *