Abomey-Calavi
Entretien

PROMOTION DE LA FILIERE AGRUMES AU BENIN:« L’accompagnement du FNDA vient décanter pas mal de problèmes » dixit Togbédji Ahokpa

Le gouvernement a mis en branle le Fonds National pour le Développement Agricole (FNDA) avec 100 milliards de financement mise à disposition du système financier pour l’accompagner dans le financement des activités agricoles. Togbédji Ahokpa exprime son contentement vis-à-vis du Fonds.

Togbédji Ahokpa, Promoteur de la société Orana

Vous êtes promoteur de la société Orana, spécialisé dans la production des jus d’orange Made in Bénin. Faite-nous l’état des lieux du secteur de l’agrume au Bénin.

Le secteur de l’agrume et de l’orange en particulier se porte bien ou commence par se porter bien parce que, vous savez les gens ont toujours produit et distribué de l’orange au Bénin. Certains font sa transformation. C’est dire que ce n’était pas organisé donc l’orange se porte bien au Bénin. Je parle d’orange parce qu’elle est la principale commodité que nous produisons au Bénin en matière d’agrume.

 Comment avez-vous connu le FNDA ?

J’ai connu le FNDA, Il y a trois ans. C’était par un ami.

À quelle étape était votre projet, avant de bénéficier des facilités du FNDA ?

 Mon projet était mature parce qu’avant de soulever ou d’aller prendre des garanties chez une institution comme le FNDA, Il faut être organisé et structuré. Ce n’est pas parce qu’on dit que c’est FNDA, que c’est l’argent de l’État qu’il faut penser qu’il suffit de taper à sa porte et prendre de l’argent.  Avant donc d’aller voir le FNDA, Il faut convaincre la banque et remplir des conditions. Quand je parle de conditions, il faut résoudre le problème de la matière première et du débouché c’est-à-dire l’entrée et la sortie. La matière première c’est quoi ? Est-ce qu’il y a assez de matière première pour installer votre usine ? Est-ce que cette matière première est bonne ? Si vous réglez ça, si vous produisez la matière première et vous la transformer, est-ce que vous savez où la vendre ? Dans un marché local, international ou régional. Il faut y penser. Et déjà que vous vous posez ces questions, vous avez déjà fait 2 ou 3 ans. Parce qu’il faut avoir le temps de répertorier tous les paysans. Quand vous réglez ce problème de l’entrée et de la sortie, vous commencez par convaincre la banque. Vous savez au Bénin nous avons un problème avec les banques commerciales. Le FNDA est venu à un très bon moment parce qu’aujourd’hui, si vous voulez faire du négoce c’est très facile. Le FNDA a donné une possibilité aux gens comme nous d’emprunter auprès des banques. Parce que même quand vous avez des titres fonciers et que vous remplissiez les conditions, elle trouve que votre filière ou secteur n’est pas fiable, n’est pas certain. Alors qu’elle ne maitrise pas assez le métier.

Comment fonctionne donc le FNDA par rapport aux garanties?

 Le FNDA a deux véhicules qui interviennent au niveau de la garantie, qui peuvent apporter de la garantie jusqu’à un certain pourcentage mais également peut modifier le taux auquel vous emprunter. Si vous êtes une usine, vous ne pouvez jamais emprunter à n’importe quel taux, Parce que, qui dit usine parle de gros investissement. Qui dit usine dit que vous allez compétir  avec des gens à l’extérieur du pays selon votre politique. Vous ne pouvez pas emprunter à n’importe quel taux.  Pour un prêt qui tourne dans les milliards, Aujourd’hui, Pour une banque locale, le taux est de 8,50%, ça c’est au Bénin et au Togo. Au Nigeria par exemple, le taux est de 6%. Vous allez au Ghana, vous descendez et vous êtes à 04 %. Les institutions ont compris qu’on ne peut pas installer une usine en voulant compétir avec les autres et emprunter avec ce taux. Le FNDA vient modifier et vous permettre de ne payer que 2 %. C’est à dire je veux emprunter à 8,5% qui est un très bon taux, le FNDA avec son soutien vous permet de ne payer que 2 % il prenne en charge les 6, 5%. C’est déjà un gros effort. C’est comme si vous avez emprunté de l’argent, un peu comme si vous êtes en Europe. Encore qu’en Europe, c’est à 0.5 %. On suppose vous empruntez avec 8,5% ou à 9%, Celui qui est à côté de vous emprunte à 6%, vous ne pouvez jamais payer de la même manière et vous allez toujours vendre cher plus que l’autre. Vous allez toujours vivre de subvention. Le FNDA est donc venu régler un vrai problème par rapport à ça. Au niveau des garanties, leurs actions sont réelles. Au niveau de la bonification des taux, leurs actions sont également réelles.

Considérant les facilités apportées par le FNDA, Avez-vous pu évaluer l’impact qu’aura cet accompagnement dans la réalisation de votre projet ?

 L’accompagnement du FNDA vient décanter pas mal de problèmes. Quand vous prenez l’orange, nous avons 4 produits qui sont de l’orange, vous avez le concentré, l’essentiel, le jus, et le compost en fin de production. Quand j’installais, tout le monde me dit de faire du jus et j’ai dit non. Nous nous accentuons seulement sur le concentré. Nous n’allons pas faire 2 choses. Que le concentré au Bénin. Le concentré c’est quoi ? Il a des gens qui n’ont pas d’orange chez eux mais qui boivent du jus d’orange. Il y en a des pays qui ne produisent pas d’orange mais qui en prennent, la France par exemple. Mais pourtant le jus d’orange est le plus concentré. Nous avons cet orange et nous ne l’exploitons pas. Les pays qui n’ont pas d’orange et qui consomme d’orange achète du concentré chez les personnes qui en ont.

Avec la nouvelle approche du FNDA à impacter environ plus d’un million de petits producteurs agricoles, il y aura encore plus par exemple de production d’orange, qu’est-ce que ça peut avoir comme impact sur vous industriellement ?

C’est une bonne chose. Pour le faire, moi je conseillerais au FNDA d’accompagner ces producteurs tout en pensant à ceux qui ont de la matière et qui sont disposés à s’investir sinon ce serait peine perdue.

Qu’est-ce qu’une entreprise telle que Orana peut apporter à l’État en matière de mobilisation des ressources financières ?

Une usine qui porte près de 50% de la production nationale d’une commodité par répercussion, vous pouvez déjà imaginer ce que ça peut donner.  Au-delà des salaires que je paie et que je paierai, je dépense mon argent dans mon pays.

Quel appel avez-vous à lancer aux producteurs qui hésitent à faire confiance aux FNDA ?

Si tu es sur un petit projet, et tu n’as pas trop d’ambition, tu ne peux aller au FNDA, parce que si tu as un projet pour installer une usine par exemple tu dois aller au FNDA puisque ça demande beaucoup d’investissement. Le FNDA est un atout pour tous ces producteurs désireux de développer l’économie béninoise. Au passage, je les remercie beaucoup et le gouvernement en particulier.

Propos transcris et recueillis par Vanessa ZANNOU

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image