Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

APICULTURE AU BÉNIN : Une autre filière qui a horreur des femmes ?

 APICULTURE AU BÉNIN : Une autre filière qui a horreur des femmes ?

Dans le monde de l’apiculture, où les abeilles jouent un rôle vital, les femmes, bien que passionnées et compétentes, demeurent souvent en retrait. Malgré leur dévouement, les femmes apicultrices font face à de nombreux obstacles qui entravent leur pleine participation dans ce domaine.

 

Innocent AGBOESSI (stag)

L’apiculture, pratique millénaire d’élevage des abeilles pour la production de miel et la pollinisation est pratiquement dominée par les hommes. Cette perception est étayée par des statistiques, comme celles du Burkina Faso en mars 2019, révélant une faible présence féminine dans le secteur, soit seulement 27,79 % des apiculteurs.

Au Bénin, selon le recensement national de l’agriculture de la direction de la statistique agricole d’octobre 2021, 4803 ménages ont été identifiés comme pratiquants  l’apiculture dont 193 sont dirigés par des femmes. Au cours de ce recensement, il a été dénombré 5 565 apiculteurs dont 172 femmes. Le département de l’Atacora est celui qui regorge du plus grand nombre d’apiculteur estimé à 47,24%. Il est suivi des départements du Plateau (12,92%), de l’Alibori (12,35%), de la Donga (11, 14%) et du Borgou (7,51%).

A travers donc ces chiffres, la représentativité des femmes dans la filière apicole est en berne tant au Bénin comme ailleurs. Il convient de noter que cette sous-représentativité est enracinée à travers des stéréotypes de genre persistants. Des études, comme celles menées au Sénégal par l’Institut d’Études Internationales de Montréal, soulignent que les croyances traditionnelles sur l’agressivité des abeilles et les exigences physiques du métier ont limité la participation des femmes dans ce secteur. Pourtant, les femmes apicultrices démontrent souvent une compétence remarquable dans la gestion des ruches. Leur attention aux besoins des abeilles et leur compréhension fine de leur comportement sont cruciales pour le bon fonctionnement du secteur.

Pour encourager la participation des femmes dans l’apiculture, des programmes spécifiques de formation et d’éducation sont nécessaires. Ces programmes devraient être adaptés aux besoins des femmes, financièrement accessibles et axés sur le renforcement des compétences nécessaires à la gestion des ruches et à la production de miel. De plus, la mise en place de réseaux professionnels et de mentorats peut offrir un soutien crucial aux femmes apicultrices, renforçant ainsi leur confiance et leur motivation. L’accès aux ressources, telles que les ruches, les équipements et les colonies d’abeilles, constitue également un obstacle pour les femmes. Des initiatives visant à faciliter cet accès, comme des programmes de subventions spécifiques ou la création de coopératives, peuvent contribuer à réduire les inégalités et à stimuler la participation des femmes.

La sensibilisation à l’importance de la participation des femmes dans l’apiculture est une autre stratégie clé pour favoriser le changement. Des campagnes de sensibilisation, des événements publics et des médias peuvent mettre en lumière les contributions des femmes apicultrices, inspirant ainsi d’autres femmes à rejoindre ce secteur et changeant les perceptions de la société sur le rôle des femmes en apiculture. Enfin, les gouvernements et les institutions ont un rôle essentiel à jouer en mettant en place des politiques et des programmes de soutien spécifiques pour promouvoir l’égalité des genres en apiculture. Cela pourrait inclure des quotas de participation, des incitations fiscales, des formations gratuites ou des financements réservés aux femmes apicultrices.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *