Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

CONSOMMATION DU GLUTAMATE : Un additif alimentaire douteux

 CONSOMMATION DU GLUTAMATE : Un additif alimentaire douteux

Dans la recherche d’un goût agréable pour leur repas,  plusieurs personnes dans les ménages et restaurants choisissent le glutamate. Elles le font dans la conscience de ce que le cube de bouillon est néfaste pour la santé, alors que tout comme le cube de bouillon, le glutamate représente dans  un  certain cas, un mal pour la santé.

Madeleine ATODJINOU

Également connu sous le nom de glutamate monosodique (GMS), le glutamate est un acide aminé non essentiel. Il est fréquemment présent dans de nombreux aliments, tels que la viande (comme la viande de bœuf), le poisson, le fromage, les légumes et légumineuses, les oléagineux et les algues, et est ainsi utilisé comme additif alimentaire pour rehausser la saveur des aliments. Bien qu’il soit un neurotransmetteur important dans le cerveau, où il joue un rôle dans la communication entre les neurones; un producteur d’énergie avec une fonction digestive, le glutamate regorge d’énormes impacts négatives sur la santé de ses consommateurs.

En effet, ses impacts sur la santé sont moins positifs, « en ce sens qu’il est un acide aminé non essentiel dont l’organisme n’a pas besoin en grande quantité pour jouir de ses vertus »,  a expliqué Fifamè Loristia KPADONOU nutritionniste, spécialisée en santé publique. Elle montre dans son intervention que dans le cas d’une consommation prolongée, le consommateur peut ressentir des maux de tête, des palpitations cardiaques, langoureusement, les picotements ressentis dans les muscles. Il y a de même l’obésité qui est l’un des risques que l’on court quand le glutamate est consommé de façon excessive, « parce qu’il va augmenter la saveur du repas en amenant le consommateur à en abuser, et à la longue s’installera un apport calorique excessif, un surpoids, puis l’obésité ».

Aussi, y-a-t-il le risque de développer des maladies neuromusculaires, neurotoxique, parce que le glutamate intervient dans « la transmission des messages entre les neurones ». Donc le consommateur peut développer des conditions neurologiques tels que « l’épilepsie, la maladie d’Alzheimer… » Or, entre le cube de bouillon et le glutamate, il serait difficile de faire un choix, car ces deux composants alimentaires sont inquiétants pour la santé.

Néanmoins, « le glutamate représente un mal comparativement au coude de bouillon. Parce que, le glutamate est contenue dans le cube de bouillon, ainsi que le sel et d’autres additifs », clarifie la nutritionniste.

En outre, il est à noter qu’une grande partie de la population consomme de nos jours le glutamate, surtout dans le rang des bonnes dames, dans les cérémonies (communément appelées agô), et aussi dans les ménages.

Il s’avère alors important que chaque personne revoit son mode de préparation, et il existe un pléthore d’épices sur le marché qui ne coûtent vraiment pas chers avec lesquelles l’on peut cuisiner des repas très succulents sans être obligé d’y ajouter du glutamate ou des cubes de bouillon, a conseillé la nutritionniste Loristia KPADONOU.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *