Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

CULTURE DE CORNICHONS : À moindre coût et très rentable

 CULTURE DE CORNICHONS : À moindre coût et très rentable

Le cornichon encore appelé « petit concombre » est un légume méconnu mais très précieux pour la santé. Produit en minorité par des maraîchers béninois du fait des profits qu’il génère, sa potentialité économique est subordonnée au respect des contextes environnementaux.

Cornichons sur des étals de marché

Rébécca Kafoui KANSOU

Les cornichons sont de jeunes concombres dont la particularité réside dans le fait que les fruits sont cueillis avant maturité. Scientifiquement appelé Cucumis sativus, ils sont de la famille des cucurbitacées, la même que celle du concombre. Au Bénin, ce légume fruit est produit dans le but d’en faire connaître davantage à la population compte tenu de ses valeurs nutritives et de son potentiel économique.

Moins connu mais très lucratif. 80% des cornichons produits au Bénin sont consommés dans la sous-région ouest africaine et les pays étrangers. C’est un produit très rentable et précieux dont la production, du semi jusqu’à la récolte dure 45 jours soit 6 semaines. Le kilo est vendu à partir de 300f au temps de mévente et à 600f au temps de rupture. Mais en tenant compte du transport, de la main d’œuvre et des autres charges, les producteurs et les clients s’entendent sur le prix de 335f le kilo. D’autres producteurs pour se faire de bénéfices supplémentaires vendent les cornichons à la quarantaine. Elle est comprise entre 1000f et 2000f en fonction du marché. « Nous avons des clients qui sont à Ganhi. Il y en qui viennent aussi du Nigéria pour s’en approvisionner », nous confie Isidore TCHINGUI, maraîcher installé à Ouèdo. Il continue en faisant savoir qu’ils ont également des partenariats avec une société qui s’installe actuellement au Bénin. Pour lui, c’est une spéculation qui est très encourageant. « Ici, j’ai dépensé 23.600f pour la boite de 50g et ça a généré beaucoup de chose. Quelqu’un qui veut commencer sa production peut se lancer à partir de 80 mille », nous a-t-il fait savoir.

À en croire aux expériences de ce producteur, tous les types de sol adhèrent à la culture du cornichon même les sols argileux. L’exception se trouve au niveau des sols qui portent de reliefs. Interrogé sur la question en août 2020, Hervé TINDO, entrepreneur agricole a martelé qu’« il est opportun d’avoir une filière de cornichons au Bénin ».

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *