Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

DÉGRADATION ENVIRONNEMENTALE DES ÉCOSYSTÈMES FORESTIERS NATURELS : Le Bénin adopte une nouvelle politique forestière pour 2023-2032

 DÉGRADATION ENVIRONNEMENTALE DES ÉCOSYSTÈMES FORESTIERS NATURELS : Le Bénin adopte une nouvelle politique forestière pour 2023-2032

La gestion durable des ressources naturelles forestières appelle désormais à plus de responsabilité et à la prise de certaines décisions importantes. Pour cela, réuni en conseil des ministres le mercredi 22 février 2023, le gouvernement béninois a décidé d’adopter une nouvelle politique forestière pour l’horizon 2032.

Il est connu de tous que les richesses forestières dont dispose le Bénin sont depuis plusieurs années victimes d’une grande dégradation qui attire l’attention de plus d’un. Ainsi, face à ce problème, le gouvernement de Talon n’est pas resté indifférent et a souhaité mettre en place une gestion conservatoire soutenue et durable des forêts au profit du développement durable, de la sécurité alimentaire et du bien-être des populations rurales. Selon le compte rendu du conseil des ministres, le gouvernement avait mis sur pied une commission nationale de réforme du secteur forestier qui, à la fin des travaux, a conclu que le premier pas à poser vers la restauration et la gestion durable des ressources forestières au Bénin est la « révision du cadre législatif et règlementaire ». De ce fait, un document de politique forestière a été proposé. Ce dernier, adopté par le gouvernement, représente donc désormais la nouvelle politique forestière au Bénin pour 2023-2032 et qui rend obsolète celle adoptée en 1994.

En ce qui concerne cette nouvelle politique, elle vise à « améliorer d’ici 2027, la qualité de la gouvernance du secteur forestier sur tous les plans puis à préserver, à partir de 2030, la biodiversité dans la totalité des espaces forestiers ». Aussi, est-il nécessaire de notifier que ce nouveau document traduit « la volonté de disposer d’un cadre de vie décent, propice au bien-être durable des populations, au développement des activités économiques ». De même, il confirme la nécessité d’éviter l’accentuation de la dégradation forestière actuellement observée avec des conséquences fâcheuses, l’accélération de la fragilisation des écosystèmes naturels, de la désertification et du réchauffement climatique ainsi que la détérioration du cadre de vie et l’aggravation de la pauvreté.

Jean-Baptiste HONTONNOU

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *