Abomey-Calavi
Dossiers de la semaine

LANCEMENT OFFICIEL DE LA CAMPAGNE 2021-2022 DE COMMERCIALISATION DU SOJA: L’UNPS se réjouit des prouesses enregistrées et rassure le gouvernement du bon déroulement de la campagne

Les acteurs de la filière soja se sont réunis dans la commune de Djidja pour le lancement officiel de la campagne de commercialisation du Soja pour le compte de l’année 2021-2022. L’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin, pièce maitresse de cette filière était fortement présente à cette occasion.

C’est la commune de Djidja dans le département du Zou qui a accueilli le lancement officiel de la campagne 2021-2022 de la commercialisation du soja au Bénin. Une cérémonie officielle co-présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce et son homologue en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. Une cérémonie qui a été l’occasion pour les différents intervenants de mettre l’accent sur les prouesses réalisées certes, mais aussi de rappeler les nombreux défis à relever.

Ainsi, après les mots de bienvenue de Dénis GLEGBETO, Maire de la commune de Djidja, le Préfet du département du Zou, Firmin Aimé KOUTON a remercié le Gouvernement du choix porté sur Djidja pour le lancement de cette campagne de commercialisation du Soja. Ce choix constitue aux yeux du Préfet, Firmin Aimé KOUTON un signe d’encouragement à augmenter la production. Il a saisi l’occasion pour rassurer du respect des conditions de déroulement dans son département par l’application rigoureuse des lois et textes réglementant la commercialisation des produits agricoles.

Très ému, Steev ADJAMAN, Président de l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin (UNPS-Bénin), a remercié les producteurs pour leurs efforts incessants sans oublier le gouvernement béninois pour avoir facilité les conditions de la production à la commercialisation du Soja. Son homologue de la Fédération Nationale des Producteurs et Acheteurs des Produits Agricoles et Tropicaux (FENAPAT) a invité les acteurs de la chaîne à plus de responsabilité afin de maximiser les efforts du gouvernement dans la filière.

Pour Gaston DOSSOUHOUI, ministre en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, la production du soja prend de plus en plus de propension au regard de la place de choix qu’elle occupe désormais dans le système alimentaire. C’est pourquoi rassure t-il, l’Etat veille sur le producteur qui constitue le maillon le plus faible de la chaine afin qu’il ne soit pas grugé.

Toutefois, de nombreux goulots d’étranglement subsistent encore. Il s’agit pour le ministre DOSSOUHOUI, de l’adoption des semences améliorées, du passage de l’inoculum, du respect de la densité de semi avec le semoir et de la mise sur le marché des produits de qualité au moment opportun sans occulter, l’adoption des matériels et équipements agricoles. Aussi, a-t-il conseillé les ventes groupées au niveau des magasins construits par les différents partenaires.

Dans son intervention, Shadiya Alimatou ASSOUMAN, ministre de l’industrie et du commerce, a rappelé pour sa part, l’engouement des acteurs agricoles à la production, la transformation et la commercialisation du soja en raison de sa forte rentabilité et de sa capacité de fertilisation des sols. Elle n’a pas manqué de relever des difficultés liées au climat, à la cherté et la rareté des semences certifiées et enfin au déficit d’infrastructures de commercialisation. « Le Bénin a exporté environ 253 000 tonnes de soja pour une superficie emblavée de plus de 200 000 hectares. Elle s’est satisfaite que pour un prix plancher de 175F CFA fixé par le gouvernement, les acteurs ont pu céder le kilogramme à 210F CFA en début de campagne à 450F CFA en fin de campagne. C’est un succès ».

Cette nouvelle campagne de commercialisation qui démarre officiellement ce 25 novembre 2021 prend fin le 30 Juin 2022 avec 190 FCFA pour prix plancher au kilogramme. Ce prix a été fixé par le gouvernement béninois de commun accord avec les acteurs de ladite filière. En ce qui concerne les conditions sécuritaires, des mesures sont prises pour interdire les exportations frauduleuses et d’appliquer les sanctions aux acteurs indélicats. Une cérémonie de lancement qui s’est achevé par la visite du stand érigé par l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin.

Des prouesses à l’actif de l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin

Au sein de l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin (UNPS-Bénin), les productions sont estimées à plus de 100 000 tonnes. Ainsi, engagée avec le gouvernement et les autres acteurs, l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin (UNPS-Bénin) vient de révéler une fois encore la filière soja.

Son Directeur Exécutif, Fortuné AMONSOU BIAOU est heureux que la filière soja ait atteint ce niveau de performance. En effet, l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin (UNPS-Bénin) a travaillé à la formation des producteurs sur les bonnes pratiques agricoles en mettant, avec l’appui des partenaires, plus de 80 agents formateurs aux bonnes pratiques agricoles, à l’entreprenariat, à la qualité des produits et à l’accès au financement. Tous ses efforts concourent à en croire Fortuné AMONSOU BIAOU à l’atteinte des défis émis par le ministre de l’Agriculture.

Lui qui s’est entretenu à l’entame de la cérémonie de lancement avec le Professeur HOUNGNANDAN Pascal, pionnier de l’innovation Inoculum au Bénin et monsieur LOKOSSOU Léopold, semencier Soja et ancien Président du PNOPPA Bénin, rassure d’un avenir meilleur de la filière Soja.

Le prix plancher ainsi fixé à 190 F CFA est une véritable progression par rapport aux années précédentes. A partir de cet instant, l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin (UNPS-Bénin) s’engage non seulement à sensibiliser les acteurs sur le respect du prix plancher fixé sans spéculation ni bradage pour permettre qu’ils en tirent énormément profit mais aussi permettre autres acteurs sur toute la chaine de valeur de gagner.

Le Directeur Exécutif de l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin (UNPS-Bénin) trouve que les défis à relever reposent sur l’accès au financement car justifie-t-il, il n’y a pas d’équipements sans financement, ni de semences certifiées. x

Mais, reconnait-il, l’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin (UNPS-Bénin) plaide pour que le gouvernement mette la main à la patte afin que le prix de cession des semences certifiées soit à un prix de vulgarisation et donc accessible à tous. Il a pour finir remercié le gouvernement pour avoir entendu le cri du cœur des producteurs.

Rappelons qu’à cette 3e édition du lancement de la campagne de commercialisation du soja tenue à Djidja, la mobilisation des acteurs de la filière soja, des autorités politico-administratives, des sages et notables, était forte comparativement aux éditions précédentes.

Megan Valère SOSSOU

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image