Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

Le charbon à base de déchets agricoles : Une solution économique et écologique pour les ménages béninois

 Le charbon à base de déchets agricoles : Une solution économique et écologique pour les ménages béninois

Limiter les impacts négatifs sur l’environnement de la pratique de la déforestation, c’est l’objectif visé par le jeune entrepreneur Roland Adjovi, en initiant la fabrication du charbon de bois à base de déchets agricoles.

charbon écologique

Au Bénin, les impacts du réchauffement climatique sont dus à la déforestation poussée, résultant de la coupe abusive d’arbres pour satisfaire les besoins multiples tels que l’agriculture extensive, le bois d’œuvre et le bois de chauffe. De plus, 80{e43727ebdf1c82cdaf05db1b2e953f1c6b388407dfc0230603c9b856384b4112} des ménages au Bénin utilisent des bois de chauffage ou du charbon de bois pour leurs différentes préparations. Toutes ces problématiques ont incité Roland Adjovi, un jeune entrepreneur béninois et promoteur d' »Eco Sika », à élargir ses recherches entamées depuis 2017. Au lieu de l’abattage d’arbres, il propose une solution alternative pour la fabrication du charbon au Bénin.

Avec son entreprise, « Eco Sika », Roland utilise des déchets agricoles pour produire le combustible utilisé dans la plupart des ménages. Cette méthode consiste à utiliser les cosses de maïs, les épluchures de manioc et les coques de noix de coco pour fabriquer du charbon. Dans une interview, il a également mentionné l’utilisation de balles de riz, de la peau de banane et de la peau d’ananas pour produire du charbon. L’initiative vise à produire du charbon à partir de déchets issus de l’agriculture et de la sciure de bois, afin de répondre aux besoins énergétiques des ménages et de réduire la pression anthropique sur l’écosystème.

Cette approche pourrait entraîner une diminution de la consommation de bois et de charbon ordinaire, ainsi qu’une économie de ressources très appréciable, lutter contre la déforestation, qui est une des causes directes du réchauffement climatique, et réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère grâce à l’utilisation de biocharbon par les populations. De plus, la valorisation des déchets agricoles, qui constituent une biomasse renouvelable, permet de réduire le risque d’incendies de brousse et de préserver la forêt et la biodiversité. En outre, selon Roland Adjovi,

« le charbon à base de déchets agricoles est trois fois plus économique que le charbon de bois car il possède un pouvoir calorifique très élevé, ce qui permet une cuisson rapide des aliments. La particularité est que la cendre de ce charbon peut fertiliser le sol ».

Le charbon bio s’utilise dans les mêmes conditions que le charbon de bois, respectant ainsi les traditions culinaires locales. On ne peut que souhaiter une rapide appropriation par les populations locales.

En outre, rappelons que le jeune entrepreneur a mis en place depuis 2017 une unité de transformation qui permet également de fabriquer des briquettes à partir de déchets agricoles. Cette innovation, qui contribue à la protection de l’environnement, mérite d’être soutenue étant donné que chaque année, des millions de tonnes de bois sont utilisées pour la production de charbon au Bénin.

Vanessa ZANNOU

Loading

69 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *