Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

MISE EN PLACE DU SYSTEME DE RECEPISSE D’ENTREPOSAGE (SRE) : Le groupe technique de travail installé avec l’appui de International Finance Corporation (IFC) au Bénin

 MISE EN PLACE DU SYSTEME DE RECEPISSE D’ENTREPOSAGE (SRE) : Le groupe technique de travail installé avec l’appui de International Finance Corporation (IFC) au Bénin

La salle VIP du Ministère de l’Industrie et du Commerce a servi de cadre, le mardi 21 février 2023, à l’atelier de lancement des travaux du groupe chargé d’accompagner la mise en place du Système de Récépissé d’Entreposage (SRE) au Bénin. Cet atelier a permis non seulement de lancer les travaux, mais aussi de présenter le SRE aux parties prenantes.

Photo du présidium

Dans les économies de marché, le secteur privé est le principal moteur de la croissance. Ainsi, les producteurs des pays en développement doivent relever d’importants défis en matière d’accès au financement, ce qui influence souvent leur prise de décision. Par exemple, même s’ils savent qu’ils ne devraient pas vendre juste après la récolte, lorsque les prix sont généralement bas, ils y sont souvent contraints car cet argent leur est nécessaire pour satisfaire aux besoins de leur famille. À travers le projet d’assistance technique au secteur de l’Agribusiness de l’IFC et le PACOFIDE de la Banque mondiale vont aider le gouvernement à introduire et opérationnaliser le SRE afin qu’il profite aux agriculteurs et agro-PME qui travaillent au Benin. En effet, le diagnostic du secteur privé réalisé au Bénin en 2022 relève la nécessité d’accroître les efforts en mettant à disposition de nouveaux produits de financement capables d’améliorer durablement les capacités d’accès au crédit. C’est fort de ce constat que, conformément à sa stratégie visant à promouvoir le développement économique et à améliorer les conditions de vie des populations en favorisant l’essor du secteur privé dans les pays en développement,

« la Société financière internationale (IFC) met à la disposition du gouvernement béninois son assistance technique pour la création d’un nouveau marché pour l’investissement privé, en mettant l’accent sur la mise en place d’un système de récépissé d’entreposage »,

explique Cyndo OBRE, représentant de l’IFC au Bénin.

Laurent AKPO, DC au MIC (à gauche) et Désiré F. AHOUIGBAMEY , chargé des coopérations/MAEP/DPAF (à droite)

Le faible accès au crédit est l’un des facteurs contribuant à la faible productivité agricole, à la pauvreté et à l’insécurité alimentaire des ménages ruraux. Il convient donc de prendre des mesures pour réduire cette situation.

« Nous avons organisé des voyages de prospection en tant que chef de file de ce projet pour découvrir des expériences réussies dans d’autres pays. Nous avons également organisé des missions de partage d’expérience avec d’autres pays et aujourd’hui nous bénéficions de l’accompagnement technique et financier de l’IFC pour mettre en œuvre et opérationnaliser le modèle que nous avons finalement choisi, le système de récépissé d’entreposage »,

a déclaré Laurent AKPO, Directeur de cabinet du MIC. Si malgré l’investissement, le secteur agricole n’est pas encore performant, le SRE va pouvoir booster et rendre l’agrobusiness plus compétitif.

L’IFC a pour ambition de créer de nouvelles opportunités capables de transformer l’agrobusiness au Bénin. L’objectif d’un tel système est de permettre un meilleur fonctionnement de la phase post-récolte de la chaîne de valeur, et de constituer un outil potentiellement utile pour aider les producteurs à accéder au financement. Si les producteurs ont accès à un système de récépissés d’entrepôt, ils gagnent en flexibilité quant à leurs délais de vente. Au lieu de vendre leurs récoltes pour répondre à leurs besoins immédiats de liquidités, ils peuvent les stocker et les utiliser comme garantie en échange d’un prêt, puis reporter la vente à une date ultérieure, lorsque les prix sont censés être plus élevés.

Photo de famille

Expérimenté dans d’autres pays de la sous-région, ce système bénéficie à l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur agricole : agriculteurs et coopératives, commerçants, transformateurs et exportateurs, gestionnaires d’entrepôts, banquiers et bien entendu consommateurs. Les secteurs public et privé travailleront donc ensemble pour adapter les politiques publiques, développer les infrastructures d’entreposage et créer un environnement favorable aux acteurs privés. À cet effet, Laurent AKPO exhorte le groupe de travail à accompagner le processus de mise en place du SRE et à être proactif dans l’interaction avec les experts pour finaliser cette première phase et déboucher sur la deuxième, qui est l’opérationnalisation du système.

Vanessa ZANNOU

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *