Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DE L’ELEVAGE ET DE LA PECHE : Les projets et réformes prioritaires pour 2024

 MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DE L’ELEVAGE ET DE LA PECHE : Les projets et réformes prioritaires pour 2024

115 376 753 956 FCFA, c’est le budget du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche pour l’année 2024. Un budget en hausse pour 15,66 % par rapport à celui de 2023 (99 758 217 609 FCFA). Il va servir selon le ministre Gaston DOSSOUHOUI, à poursuivre entre autres la mise en œuvre des projets et réformes prioritaires des trois secteurs, domaines d’intervention du Ministère.

Ministre de l’Agriculture, Gaston Dossouhoui

Sergino LOKOSSOU

Après une analyse minutieuse des documents mis à disposition, il ressort que quatre nouveaux projets sont inscrits dans les actions de ce Ministère. Il s’agit d’abord du Projet d’Urgence pour le Renforcement de la Résilience des Acteurs du secteur agricole (PUR-ZEDAGA) qui couvrira 42 communes réparties dans tous les sept (07) PDA. Il a pour objectif de renforcer la résilience des petits exploitants agricoles hommes et femmes face au triple choc sécuritaire, sanitaire et russo-ukrainien par l’accroissement des revenus des producteurs, transformateurs et commerçants agricoles,

Il y a ensuite le Programme National de Développement de la Filière Soja (PNDF Soja) dont l’objectif général est d’améliorer de manière durable la production, la productivité, la compétitivité du soja béninois et ses dérivés pour l’industrie local et les marchés nationaux et extérieurs,

Ensuite, on retrouve le Projet de Développement des Infrastructures Agricoles et de Désenclavement dans la Basse et Moyenne Vallée de l’Ouémé (PDIAD-BMVO). Ce projet a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations cibles de la vallée de l’Ouémé par l’aménagement des périmètres irrigués,

Le quatrième projet est la construction des routes d’accès et la construction d’infrastructures socio-économiques et le Projet d’Aménagement Hydro-Agricole et d’Adaptation aux Changements Climatiques dans la Basse Vallée du fleuve Mono (PAHAC-BVM). Il vise à améliorer la sécurité alimentaire et à réduire la pauvreté en contribuant à la réalisation des ODD. Il a notamment une sous composante aménagements hydro-agricoles et une sous-composante constructions et équipements des stations de pompage des eaux d’irrigation.

Réformes prioritaires pour 2024

Les priorités pour la gestion 2024 au Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche sont : 1- la promotion d’un nouveau type d’élevage résilient garantissant plus de sécurité et de rentabilité aux éleveurs, 2- le développement d’une aquaculture de type moderne et promotion de la pêche durable, 3- la consolidation des acquis de l’opérationnalisation des pôles de développement agricole, 4- la mise en œuvre du Programme National de Développement des Plantations et Grandes Cultures, 5- l’accès équitable des producteurs aux facteurs de production pour le développement et la valorisation des aménagements hydroagricoles, 6- l’intensification de la mécanisation agricole le long des chaînes de valeur, 7- le renforcement de l’autorité compétente de sécurité sanitaire des aliments et promotion de la nutrition, 8- le renforcement de la structuration des acteurs pour une amélioration de la gouvernance et du financement des filières, 9- le développement des infrastructures marchandes et des services logistiques et 10- le renforcement de la transformation, du stockage, de la conservation des produits agricoles et du développement des clusters.

Sur le chantier des réformes en cours au Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche et dont la poursuite est retenue pour 2024, il y a : 1- la modernisation des outils de travail et du système d’information, 2- la mécanisation, 3- la maîtrise de l’eau, 4- la digitalisation, 5- les mesures de facilitation de l’accès aux semences, aux intrants et aux marchés, 6- les mesures fiscales et non fiscales incitatives en faveur de l’importation des intrants agricoles et de l’exportation des produits agricoles, 7- l’opérationnalisation de la Société Béninoise des Aménagements Agricoles, 8- la création et opérationnalisation d’un Office de gestion des fermes d’État (fermes d’élevage, fermes semencières), 9- le renforcement de la sécurité sanitaire des aliments.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *