Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

MYIASE ANIMALE : Un mal à surveiller de près

 MYIASE ANIMALE : Un mal à surveiller de près

La myiase, une maladie parasitaire causée par les larves de mouches, représente un véritable problème pour la santé des animaux d’élevage et les animaux de compagnie. Une maladie qui est beaucoup plus favorable en période de pluie, ce qui demande une attention particulière à l’endroit des animaux.

Madeleine ATODJINOU

La myiase est une infestation parasitaire causée par la présence de larves de mouches dans les tissus ou les cavités naturelles d’un animal (ou d’un humain), formant un ensemble de troubles chez l’animal. Ces larves appelées « vers macaques » tout en se développant, se nourrissent des tissus et des liquides corporels de leur victime, provoquant ainsi des lésions et des symptômes plus ou moins graves. Les animaux touchés sont pour la plupart: les moutons, les bovins, les porcins, les chiens et les chats. C’est un mal qui survient beaucoup plus en période de pluie. En effet, l’une des conditions qui prédispose l’homme ou les animaux dans les milieux tropicaux à développer cette maladie, c’est la température qui est élevée et l’humidité. Justement, quand commencent les périodes de pluie, les mouches se multiplient. Et de ce fait, il y a des œufs qui vont se retrouver dans le corps de l’animal et crée la myiase souvent rencontrée.

En outre, lorsque les larves de parasites se développent sous la peau de l’animal, on parle de myiase cutanée; puisqu’il en existe plusieurs (myiase cutanées, capitaines, intestinales, …). Il y a également des larves endoparasites qui se retrouvent dans les cavités naturelles comme  le nez ou bien même dans l’intestin. On parle de myiase interne.  Autrement dit, « les mouches vont prendre leurs œufs soit sur le sol, soit sur la surface. Et toutes les fois que les animaux, ceux de campagne ou d’élevage, se retrouvent en contact avec ces larves. Elles entrent dans l’organisme soit par effraction, donc elles traversent la peau, ou soit-elles se glissent simplement au niveau des cavités nasales, et se retrouvent à l’intérieur », précise AMOUSSOU Kofi Benoit, médecin vétérinaire praticien. Ainsi, les animaux manifestent plus tard des signes de présence de ces larves dans leur organisme. A en croire le médecin, ces signes sont remarquables et permettent au clinicien de vite s’en rendre compte, lorsqu’un tel animal lui est présente.

Donc « avec la présence des larves dans les narines, le mouton par exemple va commencer à éternuer ou a le nez mouillé. Le clinicien peut se rendre compte que c’est un cas de myiase. Et au fur et à mesure que la maladie évolue, elle peut devenir une maladie respiratoire au point où l’animal n’arriverait plus à bien respirer, soit au point où  la larve monte au niveau du cerveau, ce qui  crée des maladies qui ne se manifestent pas ».  Entre autres signes, il y a également les lésions cutanées (plaies, abcès, ulcères); les troubles de comportement (agitation, abattement, perte d’appétit); les écoulements nasaux ou auriculaires; la diarrhée et même la maigreur.

Cependant, le consommateur d’un animal de myiase n’a rien à craindre. « Il suffit  juste de veiller sur le plan hygiénique et de bien cuire la viande, de retirer les parasites, et de manger sans problème », a-t-il rassuré.  La myiase peut seulement toucher l’homme lorsqu’il est beaucoup plus exposé aux moustiques tout comme dans le cas des animaux.

Il faut donc noter que la myiase est une réalité, que ce soit chez l’animal ou chez l’humain. Le bon comportement adopter quand cette maladie survient, est de passer à un déparasitage régulier. C’est-à-dire deux fois au moins l’an. Pour l’environnement également, il faut un entretien, à repousser un peu les animaux loin des habitations, à bien entretenir leurs locaux pour éviter que les œufs qui sont déposés se retrouvent maintenant à traverser la peau et à rentrer dans l’organisme. « Et le vétérinaire est la personne la mieux indiquée pour pouvoir vous conseiller un plan normal de déparasitage qui évitera cette maladie causée par les larves de mouches ».

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *