Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

INSTALLATION ANARCHIQUE DES CAGES FLOTTANTES ET POLLUTION DU LAC TOHO

 INSTALLATION ANARCHIQUE DES CAGES FLOTTANTES ET POLLUTION DU LAC TOHO

« Avec un schéma directeur, le problème sera résolu » selon le Ministre Dossouhoui

En réponse aux préoccupations soulevées par l’association « La baie de Toho » concernant l’occupation anarchique des cages flottantes par les pisciculteurs et la pollution du lac Toho, le Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Gaston Cossi DOSSOUHOUI, a mené une mission de constat sur le terrain. Accompagné des responsables du ministère, il a réuni les acteurs locaux pour promouvoir une coexistence pacifique et envisager des solutions durables.

Innocent AGBOESSI (stag)

Le Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Gaston Cossi DOSSOUHOUI, s’est rendu le vendredi 5 juillet 2024 sur l’une des rives du lac Toho. Il faut rappeler que l’association « La baie de Toho » a commandité des études qui ont mis en lumière l’occupation désordonnée des cages flottantes par les pisciculteurs sur le lac Toho. Cette sortie du Ministre a donc permis de constater les faits. « D’après mes observations, les pisciculteurs n’occupent pas 10% du lac, » a-t-il précisé.

Les habitants des rives du lac Toho souhaitent vivre sans pollution, naviguer librement et accéder aisément à leurs propriétés. Cependant, selon Sandra IDOSSOU, Présidente de l’Association « La baie de Toho », cela n’est pas possible actuellement.

Concernant la pollution du lac mentionnée dans les études de l’association, Grégoire HOUSSOU, président des pisciculteurs de Ouidah, a expliqué qu’une mission environnementale, appuyée par l’Agence Territoriale de Développement Agricole du pôle 7, a été menée auprès des sept coopératives exploitant ces eaux. Cette mission a débouché sur des recommandations que les pisciculteurs appliquent désormais dans leur production de poissons d’élevage. D’après les propos de Grégoire HOUSSOU, les pisciculteurs sont aussi soucieux de l’avenir et de la prospérité de leurs activités sur le lac.

Pour le Ministre DOSSOUHOUI, il est crucial de trouver un terrain d’entente. Il est également d’accord sur la nécessité de produire du poisson d’élevage selon les normes et avec discipline. Comme solution envisagée, il pense qu’un plan d’occupation du lac est nécessaire pour définir les zones d’installation des cages flottantes sans entraver la circulation sur le lac et permettre aux riverains d’accéder à leurs propriétés. « Avec un schéma directeur, le problème sera résolu. Nous devons apprendre à vivre ensemble et nous voulons une cohabitation pacifique, » a-t-il déclaré.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *