Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

PROTECTION DE LA SANTE MENTALE : Une lutte indispensable pour sauver des vies

 PROTECTION DE LA SANTE MENTALE : Une lutte indispensable pour sauver des vies

Les personnes atteintes des maladies mentales sont de plus en plus d’un nombre important de nos jours. Constituant un mal très dangereux qui par ailleurs est négligé, lutter contre devient un impératif. Pour cette raison, le 10 octobre de chaque année, la santé mentale est célébrée afin de sensibiliser le public sur les questions de santé mentale et de mobiliser les énergies autour du sujet.

Marie Chantal GBOGBO

Instaurée par la Fédération mondiale pour la santé mentale (WFMH) en 1992 et dont l’objectif est de mettre en lumière les différentes stigmatisations autour de la santé mentale, elle est devenue plus tard une lutte commune avec l’apport et le soutien de l’Organisation des Nations Unies pour la Santé (OMS) des années. Cette année 2023, elle est encore l’occasion pour les personnes et les communautés de s’unir autour du thème « La santé mentale est un droit humain universel » et ce, afin de mieux faire connaître cette question et de mener des actions pour favoriser et protéger la santé mentale de tous en tant que droit humain universel. Le 10 octobre met en avant les difficultés et les freins que peuvent rencontrer les personnes souffrant d’un trouble psychique en proposant des solutions afin de les soulager et de les orienter vers les soins adéquats. Selon Santé publique France, « la santé mentale des jeunes est toujours dégradée en 2023, une tendance constante depuis septembre 2020. Une dégradation qui concerne plus particulièrement les adolescents (11-17 ans) et les jeunes adultes (18-24 ans) ».

Rappelons que chaque année, près de 800 000 personnes mettent fin à leur vie, un nombre plus grand fait des tentatives de suicide mais l’OMS ne baisse pas les bras face à la situation.

Par ailleurs, les problèmes liés à la santé mentale est très banalisé dans un pays, majoritairement ceux africains. Il va falloir que les gouvernants prennent leur responsabilité et veiller à la santé mentale de leurs concitoyens, car il s’agit d’un mal qui existe partout. Il faut également que des mesures soient prises d’urgence afin que quiconque puisse exercer ses droits fondamentaux et accéder aux soins de santé mentale de qualité nécessaires.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *