Abomey-Calavi
Dossiers de la semaine

SÉANCES D’INFORMATIONS VILLAGEOISES « ATCHAKPODJI » Synergie Paysanne sensibilise et mobilise les paysans autour des thématiques agricoles.

Le syndicat des paysans était au côté des agriculteurs d’Allada le vendredi 17 octobre 2021 pour procéder à la clôture de la tournée nationale. Le bilan était globalement positif.    

Ruth EDOH

S’enquérir des informations que les paysans ont des actions que mène Synergie Paysanne, les sensibiliser sur les thématiques agricoles, les amener à mieux comprendre leurs  besoins et  les problèmes auxquels ils  sont confrontés.  C’est le but de cette tournée nationale initiée par Synergie paysanne dans 11 départements du Bénin. L’organisation a mise en œuvre dans des villages,  une séance de sensibilisation dénommée « atchakpodji ».  « Pour cette tournée, nous avons ciblé 11 villages dans 11 communes dont la commune de Djidja, de Ifangny, de Bassila, de Savalou, Allada, de Pèrèrè pour ne citer que ceux-là. Dans l’ensemble il faut dire que les paysans sont très contents de cette initiative parce que ça leur a permis de savoir dans un premier temps,  qu’il existe un syndicat qui les défend et qui mène d’énormes actions dans le sens de la défense de leur intérêt. Ceci pour l’amélioration de leur condition de vie et de travail. Il faut reconnaître que les attentes des paysans sont très grandes et ils sont tous enthousiastes à adhérer au mouvement syndical afin de lui donner du poids et d’avoir une base vraiment solide. La mobilisation était très forte dans toutes les zones où nous avions pu intervenir » a fait savoir Jerry TCHIAKPE.  Une mobilisation fortement axée sur les questions  de sécurisation foncière, d’aide aux paysans pour l’obtention des documents dont l’attestation de détention coutumière, de  sécurisation de  leurs exploitations pour ceux qui sont en droit d’usage délégués sur les terres qu’ils utilisent, sans oublier les questions relatives à l’agroécologie. Synergie paysanne a  également touché les questions liées à la commercialisation des produits agricoles et cela a été partout une  préoccupation des paysans ». Pour le  Secrétaire Permanent de Synergie paysanne Bertrand YEHOUENOU « à ce jour le syndicat a mis en place un dispositif de fonctionnement dans 110 villages du Bénin. Ce dispositif consiste à mettre sur pied des assistants techniques fonciers pour accompagner les paysans détenteurs de terre dans les localités ».

Présent sur les lieux pour observer l’effectivité du travail sur le terrain, la représentante de l’ONG SOS Faim basée à Luxembourg n’a pas manqué de donner ces impressions : « SOS Faim travaille dans plusieurs pays d’Afrique sur des problématiques liées à l’agriculture et à l’alimentation. Notre métier c’est de financer, d’accompagner plutôt et  dans la durée, des organisations qui travaillent  sur le développement social et économique en milieu rural. Donc nous travaillons  avec des organisations paysannes syndicales comme synergie paysanne au Bénin. Nous travaillons aussi  sur les questions d’accès des exploitations familiales agricoles au financement. Nous travaillons aussi avec des institutions de microfinance. Je dirais peut-être que Synergie Paysanne fait un travail d’éducation citoyenne sur des questions aussi importantes qui sont discutées ce soir sur l’accès au foncier, comment les petits producteurs sur leurs terres,  peuvent être fragilisés par des problèmes de titre foncier.  Le faite  que synergie paysanne explique de manière très pédagogique aux exploitants agricoles quels sont leurs droits, comment faire pour mieux sécuriser leurs terres, ça paraît très important, car nous défendons l’idée de justice sociale, économique pour les exploitants familiaux. Selon le constat, cette activité a suscité beaucoup d’intérêt de la part des villageois qui ont été conviés à ces rencontres. » Elle ajoute «  Je pense que cette séance va leur  permettre de mieux faire connaître synergie paysanne en milieu rural et à synergie paysanne de mieux répondre aux problématiques rencontrées par les petits producteurs agricoles du Bénin.  Avec la stratégie de travail de synergie paysanne, nous sommes convaincus de l’utilité sociale du travail que fait  cette organisation et donc nous allons   continuer l’accompagnement ».

Au terme de cette tournée nationale,  plusieurs participants ont accepté adhérer l’organisation en vue d’unir leurs forces pour lutter efficacement contre les différents problèmes que rencontre le gouvernement du Benin. Entre autres, il s’agit de Marcellin ZODOME paysan à torgor dans la commune  d’Allada. Pour lui « ce que synergie paysanne est venu faire ici ce soir, c’est quelque chose d’important. Nous avons la preuve que Synergie paysanne se bat pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des paysans ».  Jeanne A. HOUEDANOU chef quartier de zèbou arrondissement de Togoudo aborde dans le même sens « Aujourd’hui, chacun a mieux compris les objectifs de synergie paysanne.  Moi j’ai accepté adhérer le groupement  pour deux raisons. Premièrement l’aide qu’il veut apporter par rapport à la sécurisation de la terre et l’accompagnement par rapport aux engrais chimiques qui nuisent à la santé au détriment de l’engrais bio. Si synergie paysanne peut respecter ces promesses cela nous fera plaisir et nous travaillerons de main à main avec eux ».

Pour finir, le travail abattu  au cours de cette tournée est  satisfaisant au regard de   l’importance qu’a révélée cette séance de sensibilisation dénommée « atchakpodji ». La pérennisation de cette dernière s’avère nécessaire  afin d’accompagner les paysans à mieux bénéficier de leur travail. Mais sans la terre,  il n’y a pas de paysans dit-on.  Beaucoup restent  ainsi à faire pour l’atteinte des  objectifs que s’est préalablement fixés  Synergie Paysanne.

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image