Abomey-Calavi
Agriculture Santé et Nutrition

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU BÉNIN: Le projet TARSPro lancé

L’hôtel Paradisia a servi de cadre les 02 et 03 juin 2021, à l’atelier de lancement des travaux entrant dans le cadre du Programme Technologies et Innovations Agricoles pour l’Accroissement de la Résilience des Systèmes de Production et des Exploitations Familiales en Afrique de l’Ouest et du Centre (TARSPro). Les dits travaux ont réunis plusieurs acteurs du monde agricole ainsi que toutes les parties prenantes de la mise en œuvre du Programme au Bénin. C’est la Secrétaire Générale du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la pêche qui a procédé au lancement des travaux du programme TARSPRo.

Par Laure LEKOSSA

L’atelier se veut être une rencontre d’échange et de partage d’informations avec les différents acteurs intervenant dans le secteur agricole au Bénin entre autres, les Organisations professionnelles agricoles (OPA), les structures de financement, les Agences Territoriales de Développement, l’institut National des Recherches Agricoles du Bénin , les experts en conseil agricole, le Ministère de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche ainsi que toutes les parties prenantes de la mise en œuvre du Programme au Bénin tous représenté. Pendant deux jours durant, ces différents acteurs auront à s’approprier le contenu du projet, à recueillir les expériences et suggestions nécessaires, échanger sur les modalités pratiques de sa mise en œuvre qui favorisera une adhésion et une participation massive de toutes les parties prenantes afin de concevoir un comité national de pilotage du projet avec un cahier de charges.

Le programme TARSPro a été élaboré pour déployer, auprès des exploitations familiales, les innombrables technologies, innovations et savoirs que la recherche a mis au point au cours de ces dix dernières années, pour répondre aux défis du changement climatique, de la croissance démographique, de l’urbanisation accrue qui conduisent à un changement de régime alimentaire. Dans ses mots de bienvenue, Adolphe Adjanohoun Directeur de l’INRAB, coordonnateur du SNRA –Bénin, a souligné que la génération et la diffusion des informations et des innovations sont la clé de voûte du développement agricole. Pour lui, l’initiative de mettre à l’échelle les informations et les innovations est fortement saluée par la communauté scientifique du Bénin regroupée au sein du Systhème National de Recherches Agricole. Il a pris l’engagement au nom du SNRA Bénin, à contribuer non seulement à la réussite du programme TARSPro, mais aussi redoubler d’efforts pour générer d’avantages d’innovations aux fins d’une fiabilisation des exploitations agricoles et d’un essor du monde rural.

Vue des participants en atelier

À sa suite , le représentant CORAF Prof Lamien Niéyidouba , à sa prise de parole, fait savoir que le CORAF est l’association des INRAB de 23 d’AOC dont le secrétariat Exécutif est basé à Dakar au Sénégal et dont le plan stratégique 2018 -2027 prévoit , entre autres une mise à l’échelle des technologies et Innovations que la recherche a générées au cours des 10 dernières années pour répondre aux défis de l’amélioration de notre système alimentaire et de la production agricole. La Direction de Développement et de la Coopération (DDC) Suisse poursuit –il qui a décidé de soutenir le CORAF, s’est intéressé à cette mise à l’échelle des Technologies et Innovations pour aider les petites exploitations familiales de 05 pays d’AOC que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, Niger et le Tchad à améliorer leurs conditions de vie. Les femmes et les jeunes étant les plus vulnérables de ces petites exploitations, une attention particulière leur sera accordée dans le cadre de ce projet a-t-il ajouté. En procédant à l’ouverture officielle des travaux entrant dans le cadre de l’atelier de lancement du TARSPro, la Sécrétaire Générale du MAEP Françoise Assogba Komlan, a adressé ses remerciements à la coopération suisse pour le financement de ce programme et au CORAF pour avoir choisi le Bénin parmi les pays bénéficiaires.

Le plan stratégique de Développement du Secteur Agricole, élaboré en 2016 avec l’avènement au pouvoir de Patrice Talon, a mis un accent particulier sur la résilience de l’agriculture pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population, la création de richesse ainsi que le développement économique et social. Le TARSPro dira-t-elle, s’insère parfaitement dans le PSDSA et plus particulièrement dans les axes stratégiques du volet agriculture du PAG du second mandat de Patrice Talon. Un PAG qui met un accent sur la transformation de l’agriculture pour favoriser l’autosuffisance alimentaire et la production de rente et de promouvoir des techniques et pratiques culturales à même de renforcer la résilience des systèmes de production. La mise en œuvre de ce programme contribuera à améliorer les niveaux d’adoption des technologies mises au point par la recherche avec pour effet, la promotion des filières agricoles porteuses, et par ricochet l’amélioration des conditions de vie des populations, notamment celles du milieu rural. Elle a pour finir invité les participants à une implication effective dans les travaux des présentes assises.

Photo de famille des participants à l’atelier

Le Programme Technologies et Innovations Agricoles pour l’Accroissement de la Résilience des Systèmes de Production et des Exploitations Familiales en Afrique de l’Ouest et du Centre (TARSPro), entend spécifiquement accroître la résilience du système de production alimentaire d’au moins 2 millions de producteurs / productrices et de transformatrices dont 50% de femmes et 60% de jeunes dans les 05 pays ciblés et plus de 10 millions de bénéficiaires indirects ; de satisfaire durablement la demande en savoir –faire ( technologies et innovations) d’au moins 40% des exploitations familiales touchées par l’intervention du projet et enfin d’assurer une coalition et une synergie d’actions des acteurs de la transformation de l’agriculture. Notons que ce projet résulte d’une convention de partenariat signé le 30 Novembre 2020 par le Conseil ouest et centre africain et le développement agricoles (CORAF) et la DDC suisse.

Lire aussi: JISSA EDITION 2021 L’ENSTA: sensibilise les acteurs à divers niveaux pour une bonne sécurité alimentaire

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image