Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

AGROÉCOLOGIE AU BÉNIN : Les femmes conquièrent de plus en plus leurs places

 AGROÉCOLOGIE AU BÉNIN : Les femmes conquièrent de plus en plus leurs places

L’agriculture biologique et écologique, alliant traditions culturales et principes écologiques, se développe comme une réponse durable aux défis agricoles contemporains. Au cœur de cette révolution verte, les femmes s’affirment de plus en plus comme des actrices clés, redéfinissant leur rôle et leur place dans ce secteur en pleine évolution.

Innocent AGBOESSI (stag)

En juin 2017, les organisations tels que l’Association pour la Gestion durable et la valorisation des déchets et des matières premières minérales (Gevalor) et Le Centre d’Actions pour l’Environnement et le Développement Durable (ACED) ont aidé des jeunes et des femmes maraîchers de la commune de Sô-Ava, dans le département de l’Atlantique, à transformer la jacinthe d’eau en compost. Cette plante envahissante, abondante dans les cours d’eau du sud-Bénin, est ainsi contrôlée tout en fournissant un engrais organique à bas coût. Le projet a également soutenu les maraîchers en facilitant la commercialisation de leurs produits grâce à un point de vente aménagé au marché Akassato et à des formations en techniques de vente et de marketing pour attirer la clientèle.

Rolande Hounmanon, comme beaucoup d’autres femmes et maraîchers du village, a longtemps été confrontée à des défis majeurs de mobilité et de transport de leurs produits, en raison de la prolifération des jacinthes d’eau dans les cours d’eau environnants. Cette invasion, surtout pendant les périodes de forte croissance des plantes, rendait les déplacements difficiles, impactant non seulement les agriculteurs, mais aussi l’ensemble de la population locale.

Cependant, grâce à cette initiative novatrice introduite par ce projet, exploitant ces jacinthes envahissantes, une lueur d’espoir a émergé. Cette nouvelle approche a non seulement soulagé les maraîchers, en fournissant une solution pratique pour contrôler la prolifération des plantes et en transformant les jacinthes en ressources utiles, mais elle a également bénéficié à toute la communauté.

Selon les dires de Rolande, cette initiative a considérablement facilité l’accès au marché pour les producteurs et les consommateurs. Les voies navigables sont désormais plus dégagées, permettant aux transporteurs de se déplacer plus aisément. De plus, cette amélioration a eu un impact positif sur d’autres aspects de la vie quotidienne, tels que le transport des enfants vers l’école et des fonctionnaires vers leur lieu de travail.

Outre les expériences de Rolande Hounmanon et ses partenaires, certaines femmes d’Aklampa se distinguent par leur engagement dans la culture du soja biologique. Depuis plus de dix ans, ces femmes, regroupées en coopérative sous le nom d’Ayidoté, pratiquent une agriculture biologique, désherbant leurs champs sans produits chimiques. Elles assurent la culture, la récolte et la transformation du soja en divers produits de qualité, tels que du fromage, du lait, des brochettes, des pâtés et des biscuits.

Ainsi, le travail assidu de ces différentes femmes prouve leur inclusion remarquable no seulement dans le maraîchage agroécologique mais aussi dans l’agriculture biologique en général, offrant des produits appréciés sur le marché et permettant une expansion constante de leurs activités au fil des ans.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *