Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

COMMERCIALISATION DES PRODUITS AGRICOLES BIO AU BÉNIN : Face à la médisance des prix, les producteurs cherchent une solution

 COMMERCIALISATION DES PRODUITS AGRICOLES BIO AU BÉNIN : Face à la médisance des prix, les producteurs cherchent une solution

Sur le marché, la guerre entre les prix d’un produit biologique et celui issu de l’agriculture conventionnelle commence à exacerber les producteurs. Des prix proposés en deçà de leurs efforts fournis. Les consommateurs ont tendance à fixer les prix de ces produits biologiques au même niveau de ceux obtenus avec des engrais chimiques. Un constat qui mérite une réaction propice pour la valorisation à long terme de l’agriculture biologique.

Rébécca Kafoui KANSOU

Aujourd’hui, il est un secret de polichinelle que les produits issus de l’agriculture biologique affluent de plus en plus sur les marchés locaux. La demande semble être en constante augmentation et il devient impératif de repenser l’approche de la commercialisation de ces aliments.

En effet, plus les consommateurs adoptent les produits biologiques, plus la discussion autour des prix devient un fil à retordre pour les producteurs. Eu égard à l’accentuation de la cherté de la vie, les consommateurs ont tendance à proposer les mêmes prix que ceux des produits obtenus à base des engrais chimiques. « Quand nous amenons nos produits bio au marché, nombreux sont les acheteurs qui souhaitent les prendre au même prix que les autres tout en oubliant leur qualité et les efforts que nous avons fourni derrière », affirme une maraîchère à Zè, à l’instar d’autres rencontrés à Ouidah, Grand-Popo et Allada. Ainsi, il devient indispensable de trouver un moyen pour dissocier les produits afin de permettre aux consommateurs d’avoir une idée claire du coût des produits qu’ils veulent prendre. D’où la nécessité de créer des marchés spécifiques pour les produits biologiques. Cette démarche équilibrerait les prix entre les produits biologiques et ceux obtenus avec des engrais chimiques, tout en favorisant une agriculture plus durable et respectueuse de l’environnement.

Opter pour la création de marchés spécifiques pour les produits biologiques est bénéfique pour plusieurs raisons. D’abord, cela permettrait de mieux mettre en valeur le travail des agriculteurs qui s’engagent dans des pratiques agricoles durables. Mettre en place des marchés distincts pour les produits biologiques (au niveau communal) va permettre de mieux informer les consommateurs sur l’origine et les méthodes de production des aliments qu’ils achètent, renforçant ainsi la transparence dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire

En outre, la création de marchés distincts pour les produits biologiques pourrait contribuer à réduire l’écart de prix entre les produits biologiques et conventionnels. En offrant aux agriculteurs biologiques un accès direct aux consommateurs conscients de l’importance de ces produits, nous pouvons aider à stabiliser les prix et à rendre les produits biologiques plus accessibles à un plus grand nombre. Les coûts de production des produits biologiques peuvent souvent être plus élevés en raison des méthodes de culture plus intensives en main-d’œuvre et de l’absence d’utilisation d’engrais chimiques et de pesticides bio. Mettre en place des lieux spécifiques où se vendent les produits biologiques pourrait aider les consommateurs à être prêts à payer une prime pour des produits biologiques certifiés. Cela qui permettra aussi aux agriculteurs biologiques de mieux couvrir leurs coûts de production et de maintenir des prix plus compétitifs par rapport aux produits conventionnels.

Tout bien considéré, la création de marchés dédiés aux produits biologiques représente une étape cruciale vers un système alimentaire plus équitable et durable. Cela va témoigner de l’engagement des politiques gouvernementales envers la promotion de modes de production respectueux de l’environnement et à soutenir la transition vers des pratiques agricoles biologiques et garantir que. En investissant dans cette vision, l’on construirait un avenir où la qualité et la durabilité ne sont pas des compromis, mais des normes.

3 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *