Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Akpakpa et Agblangandan bientôt renforcés

 ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Akpakpa et Agblangandan bientôt renforcés

Malgré les multiples efforts du gouvernement pour l’accessibilité à l’eau potable au Bénin, certaines localités demeurent encore dans le besoin comme Akpakpa et Agblangandan. C’est ainsi que le conseil des ministres qui a eu lieu ce mardi 31 octobre dernier, a débouché sur cette préoccupation.

Stag Arsène SALANON

Parmi les sujets à l’ordre du jour de ce conseil, la maîtrise d’ouvrage et du contrôle pour le renforcement du système d’alimentation en eau potable de la zone d’Akpakpa dans la capitale économique du Bénin et Agblangandan dans la commune de Sèmè-Kpodji a été évoqué. En dépit des investissements massifs qui ont abouti à l’accès facile de l’eau potable, certaines villes sont toujours en précarité notamment aux heures de grande consommation. Les désagréments observés montrent un déficit structurel de production d’eau estimé à 1200 m3/h. Ainsi, c’est pour pallier cet état de chose que la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) a identifié un nouveau champ de captage dans la commune d’Adjarra sur lequel quatre nouveaux forages ont été déjà exécutés. À cet effet, les nouveaux travaux qui sont en cours de réalisation sont entre autres l’équipement et le raccordement des quatre nouveaux forages d’exploitation pour un débit global d’au moins 600 m3/h, de la construction d’une nouvelle station de traitement d’eau en béton armé de capacité 1000 m3/h situé à PK 18 sur la route de Porto-Novo intégrant un bâtiment d’exploitation, un bâtiment de pompage, des équipements de traitement et de pompage d’eau.

Ensuite, il y a la construction d’un réservoir au sol en béton armé de capacité 1000 m3 ainsi que d’une plateforme de tour avec 4 unités de dégazage y compris les accessoires et tuyauteries, de la fourniture et la pose de 22 km de conduite d’adduction d’eau brute. Enfin, de la réhabilitation de 11 km de conduite d’eau brute existante, de la fourniture et pose de 13 km de conduite de refoulement d’eau traitée, de la construction de bâtiments pour abriter les équipements hydroélectriques et l’armoire de commande des 4 forages et de la mise en place d’un système de télégestion.

Le conseil a par ricochet autorisé la contractualisation avec une société et un cabinet ayant l’expérience requise pour l’exécution, le contrôle et la surveillance des travaux. La réalisation est prévue pour tenir dans un délai de 16 mois.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *