Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

CERTIFICATION SPG BIO : Un outil essentiel pour la transition agroécologique au Bénin ?

 CERTIFICATION SPG BIO : Un outil essentiel pour la transition agroécologique au Bénin ?

La certification SPG Bio est un système participatif de garantie qui permet aux agriculteurs béninois de se former aux pratiques agricoles biologiques et de commercialiser des produits biologiques sur des marchés plus lucratifs. Ce système de certification joue un rôle essentiel dans la promotion de l’agroécologie et de l’agriculture durable. 

Remise de la certification SPG Bio à une productrice

Connue sous le nom de Système Participatif de Garantie, la certification SPG Bio est « un témoignage que les produits concernés ont été cultivés ou transformés en respectant les normes de production biologique, qui sont bien inscrites dans le cahier de charges qui est le document de référence », affirme Edgar DEGUENON, animateur principal de la certification SPG Bio au Bénin. La certification SPG Bio est de plus en plus populaire auprès des agriculteurs et des producteurs qui cherchent à commercialiser des produits biologiques sur les marchés locaux et internationaux. Le réseau AMAP Bénin a été le premier réseau de production bio à expérimenter la certification bio au niveau du Bénin et de l’Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, l’ancrage de la certification SPG est porté par la FUPRO Bénin. Edgar Maxime DEGUENON, l’animateur principal de la certification SPG Bio au Bénin, explique que le dispositif mis en place au niveau national pour assurer le contrôle et donner les certificats s’appelle le comité de régularisation et d’évaluation (CRE). Au niveau médium, poursuit-il, « il y a les bureaux locaux de coordination et de certification (BLCC) ». Il ajoute pour qu’au bas de l’échelle, « il y a les groupes de contrôle à la base. Ce sont les producteurs ou transformateurs qui sont géographiquement proches ».

Un certificat donné en caution solidaire

Le système de certification SPG Bio repose sur la participation active des agriculteurs et des producteurs eux-mêmes, ainsi que de la communauté locale. « On exige que les consommateurs soient partie prenante de la certification, ils sont impliqués dans les renforcements de capacité, le contrôle etc ; quand on veut déployer les activités de contrôle sur le terrain à une organisation ou donner la mention, on forme des trios dont deux producteurs ou transformateurs et un consommateur », précise l’animateur principal de la certification SPG Bio. Les agriculteurs qui souhaitent obtenir la certification doivent adhérer à un groupe de certification SPG Bio parce que « le certificat est porté par une personne morale », dit-il. À en croire ses propos, le droit d’utilisation se donne à deux niveaux : « aux groupements, qui obtiennent le certificat pour une durée de deux ans.

Cependant, en fonction du type de production, ceux-ci donnent des mentions à leurs producteurs pour une durée de six mois ou un an. « Par exemple, pour les légumes, AMAP ou une autre coopérative de SO-AVA ou d’ailleurs, reçoit le certificat pour deux ans, mais à l’intérieur, donne la mention aux producteurs pour une durée de six mois. Après six mois, il est nécessaire de revenir sur la ferme pour vérifier si tout est toujours conforme. En revanche, pour le riz ou les plants fruitiers, la certification est donnée pour deux ans, mais les mentions aux producteurs sont données pour un an seulement », indique Edgar DEGUENON avant de notifier que la mention est donnée de manière solidaire.

« Si vous êtes cinq quelque part et que vous ne vous autocontrôlez pas, et qu’une non-conformité est constatée, cela peut entraîner le retrait de la mention pour tous les cinq et pas seulement pour un seul producteur. C’est pourquoi il est important de s’autocontrôler »,

insiste-t-il.

Les grandes étapes de la certification

Au niveau des étapes, il y a le renforcement de capacité pour s’assurer que la personne est capable de produire bio. « Nous le faisons à trois niveaux : la formation sur les itinéraires techniques des cultures concernées, la formation sur le processus de certification SPG, le renforcement de capacité sur la mise en place d’un circuit court de vente des produits », laisse entendre M. DEGUENON, avant de souligner que la visite, l’inspection et la validation des sites de production constitue la suite des étapes. « On compose les groupes de contrôle en tenant compte de l’environnement géographique de chacun des groupements et on les forme », informe-t-il. Puis après, les enquêtes de certification se font pour permettre au comité de régulation et d’évaluation de statuer sur les ayants droit. À noter que l’obtention de la certification dépend du type de spéculation et du respect des conditions préalables.

La croissance de la certification SPG Bio au Bénin

Au Bénin, la certification SPG Bio est en train de gagner du terrain dans le secteur de l’agriculture biologique. Selon les propos de Edgar DEGUENON, « les demandes vont à une vitesse très forte. Il y a de plus en plus d’engouements ». En outre, de nombreux groupements et coopératives agricoles se sont engagés dans cette voie et ont obtenu avec succès la certification SPG Bio. Plusieurs cas concrets témoignent de la croissance de cette certification dans le pays. Ainsi, AFDI et Hortitechs Développement ont mis en place un projet pour faciliter l’accès à une alimentation protéinée dans les collines.

Grâce à ce projet, des groupements de producteurs seront formés aux pratiques agricoles biologiques et pourront obtenir la certification SPG Bio. Ils pourront par la suite diversifier leur production et accéder à des marchés plus lucratifs. Cela va participer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations des collines. De même, ACED a accompagné des maraîchers de Sô-Ava dans l’obtention de la certification SPG Bio pour la mise en marché de légumes biologiques. Cette initiative a permis aux maraîchers de valoriser leur production et de répondre à une demande croissante de produits biologiques, tout en améliorant leur revenu. Ces exemples montrent que la certification SPG Bio est en train de se développer au Bénin et que de nombreux acteurs locaux s’engagent dans cette voie pour promouvoir l’agriculture biologique et durable. Cependant, il reste encore des défis à relever, notamment en termes de sensibilisation et de formation des producteurs aux pratiques agricoles biologiques. Il est donc important de continuer à soutenir les initiatives locales et de renforcer les capacités des acteurs pour assurer une croissance durable de la certification SPG Bio au Bénin.

Cédric Joawo BAKPE

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *