Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

COOPÉRATIVES DES FEMMES EN MILIEUX RURAUX : Un appât pour l’épanouissement de la couche juvénile

 COOPÉRATIVES DES FEMMES EN MILIEUX RURAUX : Un appât pour l’épanouissement de la couche juvénile

De nos jours, il existe plusieurs coopératives qui misent sur la présence des jeunes afin d’avoir du dynamisme au sein du groupe. Mais dans les milieux ruraux, c’est l’inverse qui se pratique. Ce sont ces coopératives qui rendent autonomes les jeunes, en particulier les femmes, contribuant ainsi à leur stabilité financière.

Stag Arsène Salanon

Une coopérative est la combinaison d’un regroupement de personnes et d’une entreprise fondée sur la participation économique des membres, en capital et en opérations. Quant aux coopératives agricoles, elles représentent des regroupements de professionnels, mutualisant leurs moyens de distribution et de production afin de réduire les coûts de fabrication, tout en proposant un produit de qualité. Elles ont pour objectif de rassembler les moyens dont elles disposent pour mieux produire et ensuite mieux vendre leurs différents produits à travers un processus de vente inédit, mais surtout un processus de vente en direct. Autrement dit, cela évite d’avoir recours à des intermédiaires et valorise le travail des producteurs, plus facilement auprès du consommateur. De plus, la rémunération des producteurs est mieux garantie. De cette manière, les coopératives agricoles participent activement à l’économie locale. Elles sont associées à une image de transparence et sont synonymes de qualité aux yeux des consommateurs. Aussi, les coopératives reposent-elles sur un système démocratique. Chaque adhérent possède une voix et toutes les décisions sont donc prises à l’unisson, pour le bien de la vie économique locale.

En effet, plusieurs coopératives agricoles comptent sur la participation des jeunes pour améliorer leur processus de développement. Ces jeunes apportent normalement, de manière progressive, leur dynamisme et habilité dans la transformation ou la commercialisation des produits agricoles de la coopérative. Mais contrairement, dans les agglomérations, c’est l’inverse dans certaines coopératives. Ce sont ces dernières qui contribuent fortement à l’épanouissement des jeunes en leur permettant d’adhérer au groupe pour apprendre à faire quelque chose afin d’être autonome. C’est le cas de la coopérative ALODONONZO qui est située à Djèffa dans la commune de Sèmè-Kpodji et spécialisée dans la transformation du manioc en gari, en « Agbéli » séché et mouillé, le maraîchage et d’autres choses qui concernent la transformation.

Uniquement composée de femmes, le but de cette coopérative est de rendre autonome les membres pour qu’ils puissent subvenir à leurs besoins personnels d’après la présidente Henriette Kpadonou. Approché sur le sujet concernant l’apport de la coopérative aux jeunes, elle confie que

« les jeunes qui sont dans la coopérative jouent certains rôles. Avant leur entrée dans la coopérative, elles ne faisaient rien. Donc c’est la coopérative qui les aide à savoir faire quelque chose. Aujourd’hui, certaines sont dans l’administration mais la majorité d’entre elles sont illettrées ».

Dans ces milieux ruraux, le seul souci de ces jeunes femmes était de faire des enfants. De même pour les hommes qui ne font rien à part les petits jobs. D’après la présidente, il y a environ 7 à 8 jeunes dans sa coopérative dont la plus petite est dans les environs de 18 ans. Elle martèle par la suite que c’est la coopérative qui apprend à ces jeunes femmes qu’elles doivent être autonomes. Aujourd’hui, toutes ces femmes ont un travail personnel en dehors de la coopérative et quand viennent les travaux communs, elles se réunissent.

« A l’heure actuelle, elles ne sont pas autonomes à 100% mais ça va mieux. Il y des changements qui s’opèrent dans leur vie et ça se voit »

a-t-elle ajouté par la fin. Vivement que d’autres coopératives puissent tendre les mains aux jeunes pour contribuer au développement agricole du pays et favoriser le bien-être dans la vie de ces jeunes.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *