Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

EMILIE TIBOUTE SAMA : Fervente défenseure de l’autonomisation féminine, la DCA du MIC dévoile les raisons de son engagement politique

 EMILIE TIBOUTE SAMA : Fervente défenseure de l’autonomisation féminine, la DCA du MIC dévoile les raisons de son engagement politique

Connue en tant qu’une grande défenseure de l’autonomisation féminine à travers l’entrepreneuriat, Emilie Tiboute Sama confirme son entrée effective en politique à travers sa nomination comme Directrice Adjointe du Cabinet du Ministère de l’Industrie et du Commerce. Pourquoi cette tournure ? A-t-elle laissé tomber sa lutte initiale ? Elle répond à toutes ces questions dans sa dernière sortie.

Jean-Baptiste HONTONNOU

« Pourquoi t’es-tu engagée en politique ? Ce n’est pas ton milieu, tu es bien « trop pure » pour ce milieu. C’est plein de compromissions. Te connaissant, n’y va pas ». Voici autant de propos que prononcent plus d’un quand l’on s’engage dans un nouvel domaine. Et c’est le cas avec Emilie Tiboute Sama, dont récemment ses compétences ont été reconnues par le président de la République du Bénin et qui l’a fait DCA du MIC.

Si pour certains, elle aurait délaissé son ambition entrepreneuriale pour la politique, Tiboute trouve qu’elle a par contre de bonnes raisons pour davantage s’engager dans ce domaine. D’abord, elle fait cas de ses expériences vécues lors de sa participation aux élections législatives passées qui constituent la source de son envie d’ aller plus loin sur ce chemin emprunté. « La plus belle aventure humaine que j’ai eue lors des législatives passées, fut ce contact avec les populations des zones rurales », dit-elle. Elle se confie en partageant trois faits majeurs.

Primo, cette route menant de Kouètèna à Perma. « Alors que j’avais préparé mon speech de conquête de l’électorat, le parcours, oh combien périlleux, m’a fait changer de langage : je ressentais la douleur de l’enfantement sur cette route et je me suis imaginé le calvaire de ces femmes enceintes ». Secundo, il y a « ces jeunes dames vieillies par le poids des fardeaux du quotidien pour mener quelques activités génératrices, parcourir des kilomètres avec de grands fagots de bois, juste pour 500 fcfa ou 1000 fcfa ». Et tertio, « ce village où il n’y a que l’eau d’un marigot presque asséché ».

En effet, ces quelques souvenirs résonnent comme un écho à chaque fois et lui rappellent son engagement politique devenu « un sacerdoce ». Pour elle, l’Etat à lui seul ne saurait tout faire bien que tellement de choses ont été faites avec plusieurs programmes et projets. C’est pour cela que « nous avons donc une obligation commune et collective d’apporter notre pierre à l’édifice », fit-elle savoir. Servir – Impacter – Réussir Ensemble (RISE like SunRise) est donc devenu son leitmotiv par le service à la communauté et la promotion de l’entrepreneuriat féminin rural. Consciente de sa décision, la DCA estime qu’ « on peut faire de la politique en y incarnant des valeurs » avant de confirmer qu’au-delà du mentorat en entrepreneuriat, elle s’est résolument engagée dans le mentorat politique.

Pour finir, elle annonce les grands chantiers qui la tiennent désormais à cœur et qu’elle tient à réaliser vaille que vaille. Il s’agit de la construction d’une maternité à Kouètèna, du charbon écologique pour ses vendeuses de bois et la réalisation de trois forages pour trois (03) villages.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *