Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

FACE AUX DIFFICULTES D’ACCES AU CREDIT DES PME : Le FNDA échange avec les acteurs agricoles et les institutions de microfinance

 FACE AUX DIFFICULTES D’ACCES AU CREDIT DES PME : Le FNDA échange avec les acteurs agricoles et les institutions de microfinance

Le DG/ FNDA M. Nicolas AHOUISSOUSSI a lancé ce mardi 22 août 2023 au siège du Consortium Alafia à Cotonou, les travaux du cadre de concertation entre le FNDA, les SFD, les ATDA, la CNAB, la PNOPPA, et la PASCIB. Cette importante rencontre vise à trouver des approches de solutions aux difficultés auxquelles les exploitants agricoles sont confrontés dans la levée des fonds.

Le présidium

Vanessa ZANNOU

Partager avec les SFD, les ATDA, la CNAB, la PNOPPA et la PASCIB, les différents constats et s’assurer de leur appropriation des différents processus des facilités du guichet-3 du FNDA, présenter les offres du guichet-3 et le nouveau mécanisme du FNDA et enfin recueillir les éléments d’appréciations des dossiers de demande de crédits pour une amélioration de la qualité desdits dossiers, c’est ainsi que se présentent les grandes lignes de ce cadre de concertation.

En effet, la tenue de ce cadre de concertation dans 44 communes réparties dans les sept (07) Pôles de Développement Agricole (PDA) entre les Banques, les Systèmes Financiers Décentralisés (SFD), les Agences Territoriales de Développement Agricole (ATDA) et les Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) sur le financement des filières prioritaires du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) a permis de recueillir un certain nombre de difficultés. Ces dernières se rapportent essentiellement à la mise en œuvre du partenariat entre le FNDA et les prestataires de services financiers, le mécanisme du FNDA, le dispositif de garantie proposé par le FNDA aux banques et SFD, le partage d’information entre les directions des PSF et leurs points de services sur le partenariat avec le FNDA, la qualité des dossiers des demandeurs de crédits, l’obtention des fiches d’alignement par les promoteurs agricoles auprès des cellules communales des ATDA. Tout cela, pour dire que la stratégie actuelle de financement des MPME agricoles n’a pas comblé les attentes des uns et des autres.

Avant l’ouverture des échanges, le DG de l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés du Bénin (APSFD-Benin), représentant le président de l’association, Comlan Ignace Dovi, a rappelé les difficultés auxquelles sont confrontés les SFD dans l’atteinte des objectifs.

« Le développement de l’agriculture est tributaire du financement et l’on ne peut véritablement réussir la révolution verte sans un soutien conséquent de la part des institutions financières. Ces dernières ne peuvent agir comme cela se doit sans un appui conséquent à leur endroit de la part d’un partenaire sûr »,

a-t-il fait savoir. Et pour lui, ce partenaire est pour le moment l’Etat béninois qui s’est engagé à faire de l’agriculture l’un des principaux axes du développement économique du Bénin. Mais pour le moment, « force est de constater que l’Etat n’est pas encore un partenaire totalement sûr pour les institutions financières, notamment pour les SFD ». À écouter donc le DG Dovi, la collaboration avec le FNDA n’a pas toujours été très appréciable de la part des SFD et de l’APSFD. Les conditions dans lesquelles les SFD doivent décaisser les ressources financières au profit des exploitants agricoles ne leur sont pas favorables. Egalement les dossiers financés par les SFD, une fois introduits au FNDA, connaissent un retard en termes de traitement et de refinancement. Ce qui met en difficultés les SFD. Sans oublier que la mauvaise gouvernance du FNDA a entrainé un grand retard dans l’exécution du partenariat entre les SFD et le FNDA. Il exhorte à cet effet le FNDA à faire preuve de bonne écoute tout en étant convaincu que « les systèmes financiers décentralisés joueraient bien leur partition, s’ils pouvaient avoir de sa part le financement de départ pour impacter les producteurs agricoles ».

Un aperçu de la salle de session

C’est donc en prenant en compte tous ces besoins que

« le FNDA a décidé de réunir les acteurs essentiels du financement de l’agriculture dans ce cadre de concertation, pour qu’ensemble, ils parcourent les goulots d’étranglement qui enrayent le mécanisme mis en place par le Fonds au profit des promoteurs afin de trouver des solutions idoines qui, cette fois-ci, devraient pouvoir permettre d’avancer d’un pas »,

fait savoir le DG/ FNDA, Nicolas Ahouissoussi. Cette assise permettra donc

« d’améliorer les compréhensions mutuelles, de définir des collaborations franches pour que des préjugés ne cessent de constituer des blocages pour l’évolution des activités afin que le financement du secteur agricole devienne une réalité pour révéler davantage les performances de ce secteur contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté et à la création de recherche dans le compte du Bénin »,

ajoute le DG/ATDA 7, Prospère Agossou Sagbo.

A l’issue des échanges, les participants ont formulé des recommandations et résolutions. Un travail rigoureux se fera sur les points d’attention émis pour apporter des solutions et des stratégies adéquates. Ainsi, chaque acteur a pris des engagements pour que les petits producteurs, où qu’ils soient, puissent bénéficier du financement agricole à travers le FNDA.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *