Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

FILIERE RIZ EN COTE D’IVOIRE : Les dispositions du Gouvernement pour assurer une transformation durable

 FILIERE RIZ EN COTE D’IVOIRE : Les dispositions du Gouvernement pour assurer une transformation durable

L’Etat ivoirien met le bouché double pour satisfaire une demande de consommation de l’ordre de 2,3 millions de tonnes pour une population estimée à 25 millions d’habitants. 30 usines de 25 000t sont mises en place pour relever le défi de l’autosuffisance.

Vanessa ZANNOU

 Contrairement au dernier rapport du Département américain de l’agriculture (Usda) qui prévoit quelque 720 000 ha sur la saison 2022-2023, ce sont plutôt entre 800 000 et 900 000 ha de superficies emblavées qui sont mises en valeur pour les trois différentes écologies que sont le riz en culture irriguée (qui occupe 5 à 10% des superficies totales mises en valeur) ; la riziculture pluviale et la riziculture de plateau. Pour l’agriculture irriguée, par exemple, la Côte d’Ivoire dispose d’à peu près 55 000 ha de périmètres aménagés dont 25 000 (environ 50%) sont en exploitation.

L’Etat a mis en place un environnement favorable pour les producteurs et les transformateurs. Sur le plan institutionnel, des facilités sont accordées par le code des investissements ; la mise à disposition des infrastructures de base, notamment les bas-fonds, systèmes d’irrigation, espaces aménagés, etc. Il faut noter également l’instauration de la régulation (mise en place des normes) ; mise en place des unités de transformation que l’Etat cède au privé. Tout cela pour permettre d’amorcer la transformation et alléger les charges des potentiels investisseurs privés.

Des unités de transformation sont implantées à cet effet dans un rayon de 70 km, sur l’ensemble du territoire national, un maillage qui permet de desservir tout le pays et réduire les coûts de production des investisseurs. Dans cette dynamique, l’Etat ivoirien a mis en place un parc de 63 petites unités de transformation de 2t/h. Ce nombre est passé à ce jour à 420 unités de transformation de 10 000t.

« Au travers d’un financement, nous avons monté un projet d’installation de 30 usines de 25 000t. A ce jour, 19 de ces usines sont prêtes ; elles sont implantées dans chaque région, et viennent en complément des unités de 2t/h existantes »,

assure Aboubakary Traoré, directeur de l’Appui à la valorisation du riz. Ces usines de 2t/h ont la capacité de transformer jusqu’à 4200t de paddy. Et les 19 unités de 5t/h peuvent, elles, transformer jusqu’à 475 000t de paddy. Une usine terminale de 60 000t à Bongouanou complète le tout. « A l’heure actuelle, la Côte d’Ivoire a une capacité de transformation, toutes catégories d’usines confondues, de 7 335 000t de paddy. Cela permet de produire l’équivalant de 4 767 750t de riz blanc », conclut le directeur de l’Appui à la valorisation de la filière riz.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *