Abomey-Calavi
Agriculture

FILIÈRE SOJA AU BÉNIN: L’UNPS, l’unique organisation de défense des intérêts des producteurs de soja

Laure LEKOSSA.

L’accroissement de la production contribue non seulement au renforcement de la sécurité alimentaire et de l’équilibre des régimes alimentaires, mais également à l’essor du marché béninois. Au Bénin, le soja est depuis 2019, la principale légumineuse cultivée devant l’arachide et le niébé. Dans cette filière, des performances notables ont été enregistrées durant ces 15 dernières années aussi bien sur le plan de la production que de l’exportation. La filière de par son évolution a enregistré d’énormes évolutions dont la L’Union Nationale des Producteurs de Soja du Bénin, l’UNPS  qui représente la faitière nationale d’un vaste réseau de coopératives qui œuvre pour la défense des intérêts des producteurs pour la promotion des filières. Ceci à travers le renforcement des capacités, l’accès aux facteurs de production durables, le développement des opportunités de marché et un plaidoyer au niveau national et international.  « Au départ on n’était 4 communes à démarrer l’aventure et des 04 communes, nous sommes allées à 15.  Il y a l’OHADA  qui est venue avec la mise en conformité. Nous n’avions pas en ce temps les moyens et nous avions essayé de former juste 04 coopératives par communes. De 04,  nous sommes allés à 20 et aujourd’hui, au niveau de l’UNPS nous avons au moins 23 milles 730 producteurs individuels qui sont membres de l’UNPS. L’UNPS est une organisation qui a quitté la base au niveau des coopératives pour venir au niveau des communes, des communes nous sommes allés au département et des départements, nous sommes venus au niveau National  » fait savoir Steev Adjaman Président de l’UNPS. Étant membres de la FUPRO –Bénin,  l’UNPS a enregistré selon ses  dires des prouesses importantes qui ont pu réaliser de bonnes choses pour la filière soja. Steev Adjaman souligne que tant qu’il reste à faire, rien n’est fait « tant qu’on n’a pas notre interprofession, rien n’est fait ».  Il note tout de même que l’essentiel soit fait au niveau du maillon production  grâce à l’appui du gouvernement du président Patrice Talon qui a pris la filière soja comme une filière locomotive.  Toutefois, plusieurs défis restent à relever dira-t-il « nous pensons dans les jours à venir revoir la structuration de l’UNPS  surtout pour supprimer les UDM ».  D’ici 2026, il souhaite que l’UNPS soit la plus grande faitière nationale au Bénin.  « Le soja a trop d’avenir et d’ici 10 ans si on ne sait pas faire le soja sera la filière prioritaire du Bénin ».

Importance de la culture soja

« En dehors de la graine, le soja fertilise le sol et nous permet d’avoir de bons rendements.  Le soja lui-même est un biofertilisant.  Si il y a un sol qui est dégradé si vous produisez deux fois le soja, la troisième fois produisez du maïs et vous aurez de bons rendements ». Il lance cet appel aux autres producteurs qui ne s’intéressent pas à cette culture « je demande à tous les autres producteurs de s’intéresser à la culture du soja parce que c’est rentable ».

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image