Abomey-Calavi
Agriculture

INÉGALE RÉPARTITION DES PLUIES DANS LE ZOU: Les producteurs de maïs de Ouinhi enregistrent d’énormes pertes

Les conditions de production agricole sont rendues de plus en plus difficiles par les aléas climatiques. Actuellement, les changements climatiques sont au cœur des préoccupations aussi bien des acteurs scientifiques, des acteurs agricoles que des décideurs politiques. Dans la commune de Ouinhi, la sécheresse au quelle est confronté les producteurs a provoqué d’énormes dégâts.

Par Laure LEKOSSA

Les variabilités climatiques ont un impact direct sur la production agricole, puisque les systèmes agricoles dépendent en partie de la nature du climat. Cet impact est particulièrement important dans les pays en développement où l’agriculture est à 100 % pluviale sans aucune alternative d’irrigation et constitue la principale source d’emplois et de revenus pour la majorité de la population. Le construit social et les contraintes économiques qui sont à la base des inégalités d’accès aux ressources de production sont renforcées par la modification du climat. Le Bénin, pays côtier, n’échappe pas à ces changements climatiques et à leurs effets socio-environnementaux. Cette évolution du climat est préjudiciable à l’économie du pays qui repose essentiellement sur l’agriculture. Les variabilités climatiques et leurs conséquences socio-environnementales sont encore plus perceptibles à l’échelle locale. C’est le cas de la commune de Ouinhi dans le département du zou qui a enregistré une baisse de la pluviométrie en Août, un mois de transition où s’installe la petite saison sèche. Selon, la situation de la pluviométrie de la campagne agricole 2020 -2021 publié par la Direction Départementale de l’Agriculture de l’Elevage et de la pêche, le cumul d’eau pour le département du Zou du 1er janvier au 31 Novembre 2020 est de 937, 15 m en 52 jours contre 1234, 53 en 81 jours en 2019 soit un écart négatif de 297, 38mm en 29 jours.

Les effets liés aux aléas climatiques dans cette commune ont créé des désagréments au niveau des producteurs. « Les producteurs de maïs de la commune de Ouinhi ont connu un moment très difficile. D’abord il faut reconnaître que les pluies ont démarré tardivement pour la saison. Les producteurs ont déployé toutes leurs énergies pour produire des hectares de maïs espérant un rendement meilleur » a expliqué Lucien Ahotognon producteur agricole, membre de l’UCCPM (Union Communale des Coopératives des producteurs de maïs de Ouinhi). « Il est vrai que nous avons connu des périodes de sécheresses, mais cette année c’est criard. Ce qui est encore grave c’est que le peu de mais qu’on devrait avoir au niveau des bas fonds est détruit par les bœufs transhumants. Aujourd’hui le mais est cher sur le marché et certains paysans n’ont même pas le pouvoir d’achat nécessaire d’en procurer » a –t-il poursuivi. Médard Ezin, un autre producteur de la commune confirme « La deuxième saison de la campagne 2020 a causée plusieurs fléau parce que le retard de la pluie n’a pas permis le semi en temps normal et le manque de pluie dans le mois d’Octobre a canalisé le rendement des cultures en plus de la transhumance ou les bœufs ont aussi détruit nos cultures. Je demande juste que le gouvernement vienne au secours des producteurs ».

Le prix du maïs a oscillé de 2015 à 2019 entre 126 FCFA et 168 FCFA et en 2020, entre 125 F et 200 f CFA. La production du mais a régulièrement accru de 2016 à 2019 avant de chuter en 2020 suite aux perturbations climatiques. En effet la production du mais dans le zou est passé de 62769 tonnes la campagne 2016 -2017 à 82156 tonnes la campagne 2019 -2020 représentant un accroissement négatif de 3, 63%. Par ce fait, le niveau de production, de la campagne 2020 -2021 se retrouve en de ça de celle de 2018 -2019.

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image