Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

PROJET D’APPUI A L’ENTREPRENARIAT FEMININ AU SEIN DE LA FILIERE RIZ : Six ans d’impact transformateur sur les femmes étuveuses de riz des collines

 PROJET D’APPUI A L’ENTREPRENARIAT FEMININ AU SEIN DE LA FILIERE RIZ : Six ans d’impact transformateur sur les femmes étuveuses de riz des collines

  Il aura fallu seulement six ans pour que le Projet d’appui à l’entrepreneuriat féminin au sein de la filière riz (PAEFFR) rende les femmes étuveuses de riz des Collines autonomes. Le mardi 25 juillet 2023, à Savè, le Centre d’étude et de Coopération Internationale (CECI) a procédé au bilan des réalisations du projet et à la cession des biens à ses partenaires d’exécution, en présence de l’ambassade du Canada, des représentants du gouvernement et des élus locaux.

Photo de famille

Yélian Martine AWELE

Le département des Collines du Bénin abrite une communauté dynamique de femmes fortement engagées dans la production rizicole. Elles jouent un rôle central dans l’activité d’étuvage et sont incontestablement à la tête du commerce du riz. Soucieux de renforcer leur pouvoir économique et de développer une approche de chaîne de valeur dans la filière riz, le Centre d’étude et de Coopération Internationale (CECI) a mis en œuvre le Projet d’appui à l’entrepreneuriat féminin au sein de la filière riz (PAEFFR). Ce projet est déployé dans six (06) communes du département telles que Bantè, Dassa-Zoumé, Glazoué, Ouèssè, Savalou et Savè. Il vise essentiellement « la création de richesse par l’amélioration de la performance entrepreneuriale des structures associatives partenaires et le renforcement du pouvoir économique des femmes » selon Chloé SIMARD, première secrétaire de coopération à l’Ambassade du Canada au Bénin.

En effet, pendant les six années de mise en œuvre du PAEFFR, l’Union régionale des femmes étuveuses de riz des Collines a bénéficié d’un important soutien technique et financier. Ces aides ont permis aux femmes non seulement de sortir de la précarité, mais aussi de rendre le riz disponible sur le marché local. Augustine AGBANRIN, Présidente de l’Union régionale des femmes étuveuses de riz du département des Collines (URFER-C), témoigne que de nombreux appuis leur ont été apportés. Le projet a permis la construction de cinq centres de transformation communaux modernes avec des équipements de dernière génération, la redynamisation du centre de traitement final, la structuration des membres et divers renforcements de capacités en gestion comptable et financière, en égalité homme-femme, et en alphabétisation. Pour la présidente, toutes ces actions ont fait d’elles, des femmes entrepreneures averties, et  autonomes financièrement, de sorte à ce qu’elles peuvent désormais contribuer au soutien de leurs familles aux côtés de leurs maris.

Toujours dans la même optique, Denis OBA CHABI, Maire de la commune de Savè ayant abrité l’évènement a affirmé qu’« hier, l’approvisionnement des consommateurs de riz dépendait trop souvent de la bonne volonté d’un proche, d’un partenaire commercial ou d’un voisin. Mais aujourd’hui, elles ont redécouvert la joie d’aller faire leur approvisionnement depuis la rizerie de la commune de Savè. Bref, elles vont à nouveau profiter d’une certaine forme d’autonomie ». L’autorité communale a soutenu que cette rizerie constitue pour les femmes, un socle de leur autonomisation financière.

Riz étuvé par les femmes de l’URFER-C

Les nombreuses prouesses accomplies par les femmes de l’URFER-C ont sidéré les autorités qui les encouragent à péreniser les acquis du projet. « Il faut chercher à capitaliser les acquis », a suggéré le chef service coopération du MAEP, Désiré AHOUIGBAMEY. En matière de pérennisation et de durabilité, Philbert AIGBANVI, DDAEP Collines et représentant le MAEP a mentionné qu’en plus de la sauvegarde des acquis, il faut une augmentation de ceux-ci. A cet effet, dit-il, « il y aura une interconnexion des deux structures déconcentrées, chargées de la promotion des filières avec ces braves femmes pour réfléchir sur l’ensemble des nouveaux projets du portefeuille du ministère qui vont intervenir au niveau du pôle 4 en occurrence au niveau du département des Collines. »

Sans langue de bois, grâce au PAEFFR, les espoirs d’un avenir prospère dans la filière rizicole demeurent vifs et pleins d’ambition, au vu et au su de toutes les réalisations faites au bout des six ans de cette noble Coopération Bénino – Canadienne. Ceci rend heureux le Directeur Général du CECI, Philippe DONGIER. « C’est un grand honneur pour moi d’avoir collaboré avec ces femmes, car ce projet me semble exemplaire. Au vu de tous les résultats de ce projet, je vois un des projets qui impressionne, parce qu’il peut assurer la force, le succès économique d’un groupe important de femmes en plus de leur communauté ».

Pour le Coordonnateur de projet, D’OLIVEIRA Lionel, à travers l’accès à un volume de 372 000 000 FCFA de crédit facilité par l’UNACREP, le réseau de l’URFER-C a accru sa production. En effet, d’une production de 30,173 tonnes en 2017, le réseau a commercialisé 906, 775 tonnes de riz sur le marché national et régional soit un accroissement de 2 837, 11% par rapport à 2016. Il s’en est suivi l’accroissement du chiffre d’affaires et l’amélioration de la rentabilité inscrite dans une perspective de renforcement dans un contexte où l’entreprise a été soumis à plusieurs chocs (Covid, fermeture des frontières avec le Nigéria, etc.). Les femmes étuveuses de riz des Collines ont démontré leur résilience entrepreneuriale dans ce contexte fragile. Après 6 ans, l’URFER-C se positionne dans l’environnement global de la filière comme une entreprise transformée avec de belles perspectives pour la conquête de marchés rentables, l’accroissement du revenu et de l’amélioration des conditions de vie de plus de 1 700 femmes dans le département ainsi que celles de leurs familles.

Néanmoins, en dépit de ce nouvel espoir qui anime l’économie des femmes étuveuses, de nombreux défis restent encore à relever. Il s’agit notamment des contraintes liées à l’accès au crédit qui reste et demeure un enjeu majeur à en croire les propos de la Présidente de l’URFER-C.

Pour rappel, la cérémonie consacrée au bilan des activités du projet PAEFFR a également été marquée par la symbolique coupure du ruban, signe de la mise en service de cette unité dans la commune de Savè. De même, cet évènement a servi d’occasion pour la cession officielle des biens du projet à ses partenaires d’exécution.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *