Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

RESEAU DES FEMMES D’IMPACT DU NUMERIQUE : Les activités officiellement lancées à Cotonou

 RESEAU DES FEMMES D’IMPACT DU NUMERIQUE : Les activités officiellement lancées à Cotonou

Le Réseau des Femmes d’Impact du Numérique (R-FIN) a procédé au lancement officiel de ses activités dans la matinée de ce vendredi 07 juillet 2023. L’évènement s’est tenu à la salle de Conférence de l’ONIP (Office National d’Imprimerie et de Presse) à Cotonou, et a connu une forte mobilisation des autorités béninoises à divers niveaux.

Table officielle

Dans un monde qui se transforme par de nouveaux usages, de nouvelles technologies, de nouvelles innovations qui émergent très rapidement, le numérique est partout et ne cesse de créer des opportunités de croissance pour les petites et moyennes entreprises. Pourtant les femmes restent en marge. Mieux n’arrivent pas réellement à intégrer les potentialités du numérique dans la croissance de leurs entreprises alors que « le numérique est un véritable outil d’émancipation et d’innovation qui impacte de plus en plus notre quotidien. Il ne doit pas être pensé, développé et gouverné que par les hommes », a indiqué Viviane AHOGNINOU, Représentante de la Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance (MASM) ; avant d’ajouter que

« les femmes doivent se positionner en tant qu’actrices et assurer ainsi le développement de leur nation».

 C’est dans cette veine que s’inscrit le Réseau des Femmes d’Impact du Numérique (R-FIN), qui a d’ailleurs su qu’il est important plus que jamais de transformer le cercle vicieux de l’inégalité entre les sexes et du manque d’accès aux compétences et aux technologies numériques chez les femmes en un cercle vertueux favorable au commerce électronique, aux nouvelles opportunités pour les femmes dans les pays en développement.

Les membres du Bureau R-FIN

Cependant, pour véritablement tirer profit de ces opportunités, les femmes ont besoin des compétences appropriées et d’un cadre favorable adapté tel le R-FIN qui vise globalement, « l’autonomisation numérique et économique de la femme par le biais des TICs », selon Laetitia ADJOVI AHOYO, présidente dudit réseau. De façon spécifique, le R-FIN a pour objectifs d’assurer la promotion des femmes en tant qu’innovatrices et entrepreneures ; de créer une synergie d’action en vue d’assurer l’investissement dans des innovations et des technologies répondant aux besoins des femmes ; de former, mentorer et garantir l’employabilité des femmes et des filles au moyen des TICs ; de proposer des actions de sensibilisation au métier numérique auprès des femmes et des filles ; de promouvoir l’innovation pour briser les stéréotypes de genre ; d’accélérer l’accès des femmes au financement ; puis de renforcer la capacité d’agir et la voix des femmes. Et mieux, déclare la Présidente, « de procéder à l’alphabétisation numérique pour réduire les factures numériques entre la femme lettrée et illettrée ».

En effet, pour Constant EGANHOUI, Collaborateur du Directeur du Renforcement des Capacités des Acteurs de l’ATDA du pôle 7, cette alphabétisation numérique des femmes serait très bénéfique pour les femmes rurales. 

« Nous avons pris à bras le corps ce réseau parce que parmi ses objectifs, il y a l’objectif d’amener la femme analphabète à pouvoir renseigner des documents comptables à travers son portable et donc cela nous soulagerait beaucoup. Surtout nous qui sommes dans le domaine de la facilitation à l’accès au financement des entreprises agricoles dans notre pôle. »

Car, poursuit-il, « les femmes en majorité ne sont pas alphabétisées dans les zones rurales ; et de ce fait, elles n’arrivent pas à renseigner les informations concernant leurs entreprises et avoir des outils comptables pouvant convaincre les institutions de financement à faire des placements de fonds pour l’épanouissement de leurs activités ».

vue partielle des participants

MINOU CHRYS-TAYL, Représentante de l’Institut National de la Femme du Bénin, a levé de son côté, un coin de voile sur les avantages du numérique pour les femmes. « Moi parfois quand je mets 10000F CFA, c’est pour que ça me rapporte plus tard 100000F CFA, mais ça prend du temps ; ça implique également beaucoup de formations pour celles qui ne sont pas informées. Donc j’invite les femmes à intégrer des organismes comme celui-ci. » Le numérique a été le parent pauvre malheureusement de la croissance

de l’Afrique « mais c’est l’une des grandes fonctions qui soit. Dans le numérique, vous avez la liberté de pouvoir vous organiser, vendre vos pagnes et vos compétences, dénoncer, sensibiliser contre les violences sexuelles et sexistes faites aux femmes ». C’est un outil très important. « Grâce au numérique, des femmes font des appels à l’aide. On dénonce des criminels grâce au numérique à l’INF (mais aussi, nous faisons la promotion du leadership comme ce leadership qui est prôné aujourd’hui par madame ADJOVI). Et je suis extrêmement fière et honorée de représenter l’INF-Bénin », a-t-elle précisé.

Les autorités à leur tour, ont félicité les promotrices de cette noble initiative et les encouragent vivement à maintenir le cap. Elles s’engagent à les accompagner pour l’atteinte effective des objectifs du réseau. Viviane AHOGNINOU, Représentante de la MASM : « Le Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance attache du prix à cette initiative qui contribue non seulement à l’autonomisation de la femme mais aussi à sa valorisation et son épanouissement au sein de la société. Nous ne ménagerons aucun effort dans le contexte de nos objectifs pour appuyer ce réseau à aller plus loin ». « Je suis le Chef du département Génie informatique et télécommunications à l’EPAC/UAC. Donc ce n’est pas pour rien que le ministre m’a envoyé. Et je prends ainsi l’engagement technique et citoyen en son nom, de voir dans quelle mesure mener des actions de recherche pour développer des outils spécifiques pour nos mamans en vue de les accompagner dans leurs actions de développement », a laissé entendre Tahirou DJARA, Représentant du ministre d’État, chargé du Développement et de la Coordination de l’Action Gouvernementale, et Conseiller Technique au suivi du développement des Infrastructures et des Innovations (CT2I).

Les participantes, dans leur rang, espèrent bien assimiler les notions pour bénéficier des fruits qui en découleront. A noter également qu’au cours des formations, un accent particulier serait tout de même mis sur les dangers que peuvent courir les femmes dans le numérique en vue de mieux les aguerrir à affronter les affres du domaine pour leur épanouissement effectif.

40 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *