Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

RETARD DANS L’INSTALLATION DES PLUIES A BANIKOARA : Les agriculteurs sous pression

 RETARD DANS L’INSTALLATION DES PLUIES A BANIKOARA : Les agriculteurs sous pression

Le début des pluies qui a suffisamment pris du retard à Banikoara met les agriculteurs sous une certaine pression en terme d’objectifs d’emblavures.

Un sol préparé pour le semis en attente de pluie

Malik SOULEMANE

Le retard des pluies, conséquence des variations climatiques, est un véritable casse-tête dans une agriculture purement pluviale. Et comme tout autre facteur limitant la production, il faut une batterie de mesures ou de stratégie pour limiter les conséquences fâcheuses.

L’un des greniers du Bénin et bastion de l’or blanc avec plus de 197.000ha de terres cultivables et une masse paysanne de plus de 123.000 producteurs, tout ce qui menace la production agricole de manière générale à Banikoara doit faire objet d’une attention particulière de l’Etat. Conscient de ce rôle prépondérant que doit jouer l’Etat dans cette situation climatique, le Ccec Banikoara propose une batterie de mesures aux producteurs. Ces mesures doivent permettre aux producteurs de sauver ce qui peut encore l’être et d’avoir un bon taux de réalisation en termes d’objectifs d’emblavures.

Il est invariablement observé dans les pratiques des agriculteurs du bastion cotonnier que le cotonnier, culture locomotive de la commune, est semé en premier dans la période du 20 mai au 20 juin. C’est après cela que suit celui des autres cultures qui sont en diversification. C’est dans ce contexte de retard des pluies ou longue poche de sécheresse que le Ccec Radji Mouyidini recommande une batterie de mesures pour une bonne campagne à Banikoara. Il s’adresse particulièrement à tous les techniciens agricoles et producteurs. Utiliser les variétés tolérantes à la sécheresse et à cycle court et des semences certifiées pour l’amélioration significative des rendements. Étaler les périodes de semis sur plusieurs décades et réaliser des semis sous paillis en valorisant les résidus de récolte.

Former les producteurs sur les modes d’utilisation de l’engrais Ssp qui a remplacé l’engrais Npk et sur les mesures Gdt. C’est entre autres les mesures que le Ccec a recommandées.

Avec une moyenne annuelle de 800 mm d’eau, il faut noter que cette année, Banikoara a enregistré ses premières pluies dans la première décade de mai comme en 2021. Néanmoins les deux autres décades sont presque restées sèches jusqu’à mardi 30 mai où il y a encore eu de pluie. Une aubaine dans une agriculture purement pluviale. Les agriculteurs doivent faire pression sur eux-mêmes pour atteindre leurs objectifs d’emblavures en suivant les recommandations du Ccec.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *