Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

UTILISATION DES ANTIBIOTIQUES DANS L’ELEVAGE DES VOLAILLES : Une alternative nuisible à la santé des consommateurs

 UTILISATION DES ANTIBIOTIQUES DANS L’ELEVAGE DES VOLAILLES : Une alternative nuisible à la santé des consommateurs

Aujourd’hui, il existe plusieurs variétés d’antibiotiques souvent utilisés dans l’élevage des volailles. Ceci, dans le but de détruire et de bloquer la croissance des bactéries pouvant nuire à leur santé. Néanmoins, cette pratique a de gros impacts sur la santé de celui qui consomme la viande de ces oiseaux.

Elevage de poulet

Oyéyèmi AGANI

Les antibiotiques sont des substances chimiques, naturelles ou synthétiques, qui ont une action spécifique sur les micro-organiques. Ce sont des médicaments qui agissent soit pour empêcher le développement des bactéries, soit pour les tuer. A cet effet, il existe plusieurs variétés d’antibiotiques qui jouent chacun des rôles prépondérants dans la nutrition et l’entretien des volailles. Mais il s’avèrerait qu’elles constituent un danger pour la santé des consommateurs à en croire les propos de certains spécialistes. Selon Chakirath Salifou, enseignante chercheure à l’Ecole Polytechnique de l’UAC, il s’agit des dangers chimiques qui peuvent altérer la santé des consommateurs. L’administration régulière d’antibiotiques aux volailles peut favoriser le développement de bactéries aux médicaments. Lorsque des antibiotiques sont utilisés de manière excessive ou inappropriée, les bactéries présentes dans les volailles développent une résistance, rendant les antibiotiques moins efficaces pour traiter les infections chez les humains. De même, les bactéries résistantes présentent chez les volailles traitées aux antibiotiques peuvent être transmises aux humains par la consommation de viande contaminée ou par contact direct avec les animaux ou leur environnement. Cela peut conduire à des infections difficiles à traiter avec les antibiotiques couramment utilisés. D’un autre côté, certains antibiotiques utilisés dans l’élevage des volailles peuvent provoquer des réactions allergiques chez les consommateurs sensibles à ces médicaments. Des résidus d’antibiotiques dans la viande de volailles peuvent entrainer des réactions indésirables chez certaines personnes.

Au-delà des effets néfastes sur la santé humaine, l’usage des antibiotiques dans l’élevage des volailles peut avoir des complications environnementales également. Cet usage dans l’élevage intensif des volailles peut générer un rejet des substances dans l’environnement, notamment dans les sols et les eaux. Cela peut contribuer à la propagation des bactéries résistances et avoir des effets néfastes sur les écosystèmes.

Eu donc égard à tous ces aspects, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande que les éleveurs cessent d’utiliser systématiquement des antibiotiques pour promouvoir la croissance et prévenir les maladies chez des animaux sains.

Les nouvelles recommandations de l’OMS visent à préserver l’efficacité des antibiotiques importants pour la médecine humaine en réduisant leur utilisation inutile chez l’animal. Dans certains pays, approximativement, 80% des antibiotiques importants pour la médecine humaine sont consommés dans le secteur animal, et, en grande partie, pour favoriser la croissance chez les animaux sains. En outre, le communiqué de presse de Genève publié en novembre 2017 indique que l’utilisation excessive ou inadaptée d’antibiotique chez l’animal contribue à amplifier la menace de la résistance aux antibiotiques. Pour donc éradiquer cette pratique, l’OMS recommande fortement la réduction globale de l’utilisation de toutes les classes d’antibiotiques importantes chez les animaux avec une restriction de son utilisation en tant que promoteur de croissance et à titre préventif à l’absence de diagnostic. Pour l’enseignante chercheur à l’Ecole Polytechnique à l’Université d’Abomey-Calavi, il est nécessaire de bien administrer les médicaments vétérinaires et de faire appel au vétérinaire professionnel quand il s’agit d’administrer des soins animaux.

En ce qui concerne, la sélection des animaux avant de les mettre sur le marché pour la consommation, il faut être sûr de l’état de santé de ces derniers. « Le choix doit être suivi d’un critère à ne pas bâcler et il faut veiller à l’état de santé de ces animaux qu’on ramène à l’exploitation » a insisté Chakirath Salifou. Egalement, il faut bien gérer les cadavres des animaux mourants parce que ces derniers peuvent contaminer le reste des animaux. Parlant de l’alimentation, les chefs d’exploitation doivent acheter les produits d’alimentation auprès des fournisseurs respectant les bonnes pratiques de fabrication et d’hygiène.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *