Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

ASSOCIATION DE CULTURES A CYCLE COURT AVEC LES BANANIERS PLANTAIN : l’un des antidotes les plus efficaces contre l’enherbement spontané

 ASSOCIATION DE CULTURES A CYCLE COURT AVEC LES BANANIERS PLANTAIN : l’un des antidotes les plus efficaces contre l’enherbement spontané

Le désherbage des bananeraies constitue parfois un casse-tête pour les producteurs. Et la meilleure des solutions à laquelle ils font souvent recours est d’appliquer les pesticides. Ce qui ne reste pas sans effets secondaires tant sur la production que sur les consommateurs. Il est donc primordial de trouver une solution beaucoup plus adéquate et basée sur la nature.

Une plantation de bananes

Jean-Baptiste HONTONNOU

Associer d’autres cultures, de préférence à cycle court, avec les bananiers : c’est le meilleur remède qui s’offre aux producteurs de bananes pour lutter contre les mauvaises herbes et ce, sans impliquer aucunement les pesticides.

D’abord, il est important de rappeler que les risques liés à une mauvaise gestion de l’enherbement dans les bananeraies sont énormes. Considérée comme l’aliment de base dans plusieurs pays africains, la banane fait également partie des fruits plus exportés dans le reste du monde. Selon la FAO, l’Afrique a exporté environ 3,3 millions de tonnes de bananes en 2019, soit environ 3,3% de la production mondiale. Du coup, s’occuper bien de sa production constitue un enjeu réel pour les acteurs. La mauvaise gestion des herbes envahissantes peut donc créer « une croissance et un rendement faibles des bananiers due à la compétition des bananiers avec ces herbes pour les éléments nutritifs et l’eau, en particulier lorsque les bananiers sont petits », peut-on lire dans un document de Formation Agricole pour la Banane Plantain en Afrique. Ce même document informe que cet état de chose est susceptible de « rendre difficile l’accès aux bananiers par l’agriculteur, ce qui peut limiter les pratiques d’entretien, voire un danger lié à la présence de serpents ».

En effet, pour lutter contre les mauvaises herbes, les producteurs de banane plantain n’ont pas besoin de faire allusion aux pesticides. Une pratique qui est d’ailleurs déconseillé. En dehors du désherbage manuel, ils peuvent se fier à l’association des cultures. Selon le document de la FABA, plusieurs choix s’offrent à eux. Associer des bananiers plantain avec l’ananas, le chou, la patate douce ou encore l’arachide. C’est l’antidote le plus efficace que l’on puisse découvrir après plusieurs années de recherche et d’expérimentation. Il faut souligner que ce que ces cultures ont en commun est qu’elles ont un cycle court.

Ainsi, les producteurs sont appelés à adopter ces méthodes dans leurs habitudes culturales afin de rendre plus productives leurs exploitations.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *