Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

BOUES DE VIDANGE DÉCHARGÉES DANS LA NATURE

 BOUES DE VIDANGE DÉCHARGÉES DANS LA NATURE

Environnement pollué, risque de maladies hydriques dans plusieurs localités

Le Bénin en octobre 2019 a modernisé un maillon crucial pour la protection de notre environnement, de la santé des populations et des espèces. La construction de deux stations modernes de traitement de boues de vidage dans les communes de Sèmè-Podji et Abomey-Calavi a été lancée par le gouvernement béninois. Néanmoins, une partie de ces déchets est toujours déversée dans la nature et présente de nombreux risques en matière de santé et de sécurité.

Rébécca Kafoui KANSOU

Les déchets collectés dans les maisons finissent leur course dans les différents sites de décharge ou de traitement de déchets. C’est également le cas des boues de vidanges. Ces structures ont pour objectif principal de transformer ces boues de vidange en produits sûrs qui ne nuisent ni à la santé publique, ni à l’environnement une fois éliminés. En dehors de cette gestion faite des boues par les services de vidanges, les matières de vidange mal gérées représentent un danger pour la santé publique malgré qu’elles constituent une mine d’or. Leur dépôt dans la nature, dans les plans ou cours d’eaux et les champs sans aucun traitement préalable n’est pas sans conséquences. « Nous savions déjà que les boues de vidange sentent vraiment mauvais. Alors, même si on ne le dit pas, en stockant tout simplement les boues de vidange quelque part à l’air libre, on peut ressentir ses effets, c’est-à-dire, l’odeur qu’elles vont dégager. Et l’odeur ne peut que détruire l’atmosphère parce que ça sentira vraiment mauvais », a rappelé Artévelde GBAGUIDI, technicienne en développement durable et environnement et spécialiste de la valorisation des déchets en énergie renouvelable. Ces matières abandonnées en pleine nature, sont transportés par le vent et acheminés par les cours d’eau, finissent dans les ménages et créent des problèmes sanitaires et environnementaux. À en croire Amidou ABDOU, Agent de police sanitaire à la Direction Départementale de la Santé du BORGOU, « si l’air et l’eau sont pollués, les localités voisines sont en danger. Cette pollution de l’air va les atteindre. L’eau qui est polluée aussi va entraîner la pollution dans les localités voisines ». En dehors de l’air et l’eau, les populations ne sont pas épargnées. Les localités voisines de ces sites de décharges sont sujettes à des maladies de tout genre.

L’enfouissement de ces déchets convient lorsque le terrain est situé loin des habitations. « La prolifération, par exemple, d’un moustique est exposée à diverses maladies. Les maladies hydriques, comme le choléra, le palédisement. Normalement, les centres de décharge ou de stockage du cerveau de vidange devaient être éloignés, très éloignés des agglomérations », a conseillé Innocent HOUNMANDJOR, enseignant en eau et assainissement. En cas d’inondation, les matières déversées pêle-mêle dans la nature finissent leur course dans les eaux. On fait face alors à la pollution des nappes, des puits, des coups d’eau, des marigots, soit par infiltration ou par ruissellement. Ces boues de vidange peuvent être drainées vers les coups d’eau qui seront à leur tour pollués et cela n’est pas sans conséquence sur les espèces aquatiques.

À noter que la collecte, le transport et le déversement des boues de vidange présentent de nombreux risques en matière de santé et de sécurité. La majorité des vidangeurs s’en tiennent à des pratiques à risques dans les pays à revenu faible, en particulier lors des vidanges effectuées avec peu d’équipements.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *