Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DU SOJA GRAIN 2023-2024 : Face aux mesures prises par le gouvernement, l’UNCPS-Bénin clarifie et reste insatisfaite

 CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DU SOJA GRAIN 2023-2024 : Face aux mesures prises par le gouvernement, l’UNCPS-Bénin clarifie et reste insatisfaite

Dans la journée de ce jeudi 16 novembre 2023, le gouvernement a fait sortir un communiqué mettant en exergue quelques mesures prises pour un bon déroulement de la campagne 2023-2024 de commercialisation du soja grain au Bénin. Suite à ces décisions, l’Union Nationale des Coopératives de Producteurs de Soja a réagi.

Jean-Baptiste HONTONNOU
« Le commerce du soja grain est libre sur l’ensemble du territoire national (…) ; l’exportation du soja est libre, sans agrément est e fait exclusivement par le Port de Cotonou ; la contribution à la recherche et à la promotion agricole perçue au cordon douanier chez les exportateurs est désormais fixée à 30 FCFA par Kg au lieu de 140 FCFA au titre de la campagne écoulée », telles sont les mesures prises par le gouvernement béninois pour faciliter la campagne prochaine. Au regard de ces dernières, les producteurs ont réagi par le biais de leur faitière et ont fait de nouvelles doléances.
Primo, la faitière remercie le gouvernement pour cette décision.

« Une fois encore merci à ce gouvernement qui vient de nous montrer combien de fois il est à l’écouter de son peuple et surtout, nous sojaculteurs »,

dixit Steev Adjaman, Président de l’UNCPS-Bénin. Il faut noter que bien avant cette décision du gouvernement, la faitière avait déjà anticipé. C’est d’ailleurs ce que nous fait comprendre le Président Steev, en affirmant que le premier pas a été fait par les producteurs qui se sont rapprochés du Ministère de l’Intérieur, qui à son tour s’est mis en contact avec le Ministère du commerce qui a donné lieu à une rencontre au cours de laquelle les producteurs ont eu à faire des propositions. Parmi celles-ci, il y a la revue à la baisse de la taxe à l’exportation et la fixation à nouveau du prix plancher.
Ayant donc fait une autre rencontre ce même jeudi 16 novembre avec le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Dossouhoui, sur l’initiative de son homologue de l’Économie et des Finances, Romuald Wadagni, les producteurs ont eu à revenir sur les mêmes doléances.

« Nous avons demandé à l’État de nous aider à revenir encore sur le prix plancher et lancer officiellement la commercialisation »,

a fait savoir le Président de l’UNCPS-Bénin.
Et selon Privat René Ahimihoue, Directeur Exécutif de l’UNCPS-BÉNIN, il faut expliquer ce que l’on entend réellement par le prix plancher.

« C’est le prix en dessous duquel le kilogramme du soja n’est plus rentable pour le producteur »,

clarifie-t-il. Donc, pour lui, les acteurs doivent se voir et fixer ce prix et ça ne va rester qu’à l’État d’arbitrer. Également, il faut que l’Etat lance dans un bref délai la campagne de commercialisation, car sans cela, « l’on ne peut pas s’arrêter à un moment donné et faire un bilan ».
En résumé, les décisions prises par le gouvernement ont été suscitées par les producteurs et bien que ces dernières aient été prises, les deux grands défis qui restent à relever est de refixer le prix plancher et de lancer de façon officielle la campagne proprement dite.
Par ailleurs, il faut noter que la faitière a attiré l’attention de l’opinion publique sur le fait qu’il ne serait cohérent de traiter ces décisions comme une victoire politique. « Toute récupération POLITIQUE sera dommage », nous fait savoir cette dernière.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *